Affaire forte en café sur un vrai ou faux Starbucks au Venezuela  

Le logo de Starbucks s'affiche sur le supermarché YEET! de Caracas, le 23 décembre 2021
Le logo de Starbucks s’affiche sur le supermarché YEET! de Caracas, le 23 décembre 2021 afp.com – Federico PARRA

Une femme prend un café à Caracas. Son verre en carton est siglé d’une sirène verte. Le barista y a écrit son prénom « Jenny », comme dans les Starbucks de 80 pays dans le monde. Le Venezuela a donc son premier Starbucks? Pas si simple…

Starbucks ou pas Starbucks, telle est la question qui enflamme le Venezuela et les réseaux sociaux ces derniers jours.

« Venez au Venezuela, tout s’est arrangé, nous avons un Starbucks », ironise Abraham Diaz sur Twitter alors que le pays traverse une crise économique sans pareille depuis 2014 et que certaines entreprises multinationales ont quitté le pays par peur des sanctions américaines ou craignent d’éventuelles punitions américaines si elles s’y installent.

« Tout est arrangé parce nous avons déjà un Starbucks bidon. Bidon comme le gouvernement du Venezuela », lui a répondu « La Divaza ».

Devant l’ampleur du débat, l’entreprise américaine a réagi avec un communiqué: « Nous pouvons confirmer que nous n’avons pas le programme +We proudly serve Starbucks®+ au Venezuela ».

« We Proudly Serve » est un programme marketing conjoint de Starbucks et de la multinationale suisse Nestlé, qui a également réagi.

« Compte tenu des récentes mentions de la relation présumée de Nestlé Venezuela avec l’ouverture d’un magasin de boissons qui utilise la marque de café STARBUCKS®, la société informe le grand public que Nestlé Venezuela n’a pas été contacté ou impliqué dans la commercialisation de ces produits », selon le communiqué du géant agroalimentaire.

Pourtant, la cafeteria installée dans un supermarché inauguré il y a quelques jours arbore tous les logos de Starbucks et sa célèbre sirène!

– Secret de « la formule du coca-cola » –

Twitter, Instagram, Facebook… « Les réseaux sociaux ont explosé », affirme Jenny Toro, 46 ans, agente immobilière, en sirotant son café avec sa mère et sa fille. Elle avoue être venue, attirée par la controverse et l’envie de connaitre le « premier » Starbucks du pays.

« Nous ne sommes pas un magasin Starbucks », a reconnu ce jeudi à l’AFP Jorge Nieves, le patron de YEET!, le supermarché où se trouve la cafeteria, plaidant le malentendu, et se disant surpris par le débat engendré sur internet.

« Quand on a décidé d’ouvrir un café au sein de notre établissement, on ne pensait pas du tout qu’on aurait autant de succès. Nous sommes un +market place+, notre priorité, notre coeur de métier c’est le supermarché Yeet », dit-il.

« Ce que nous avons fait, c’est acquérir l’équipement (pour la préparation du café) et les produits. Et celui à qui nous avons acheté les produits, nous a donné un +guideline+ (directives de Starbucks) de ce que nous pouvions faire et ce que nous ne pouvions pas faire, et nous nous respectons pleinement ces directives », assure, quelque peu mystérieux, Nieves.

Qui lui a fourni les machines et les guidelines? « C’est comme si je vous donnais la formule du Coca-Cola », répond-il fermement. « Ce sont des processus internes de l’entreprise »

Un mur de l’établissement porte le logo (sirène) de Starbucks mais pas le nom et, à l’intérieur de la cafeteria, est écrit « We Proudly Serve » mais là également sans la mention Starbucks…

Des polémiques et controverses avec les entreprises multinationales ont émaillé les dernières années. En 2018, le pouvoir du président Nicolas Maduro, que Washington cherche à évincer avec les sanctions, a notamment nationalisé les avoirs de Kellogg’s au Venezuela après l’annonce qu’elle cessait ses activités au Venezuela en raison de « la détérioration de la situation économique ». Il est possible depuis d’acheter des céréales Kellogg’s produites au Venezuela sans l’accord de la marque.

La télévision nationale a déjà aussi diffusé sans accord plusieurs films produits aux Etats-Unis comme Soul des studios Pixar.

Vrai ou faux Starbucks, peu importe pour Emanuel Grangeio, un étudiant de 20 ans, qui dit être venu pour « essayer quelque chose de nouveau ». D’ailleurs avant le Yeet, et sans que cela n’agite les réseaux sociaux, des magasins utilisant le logo de Starbucks étaient déjà ouverts à Valence (Centre-Nord) et Puerto La Cruz (Nord-Est)…

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s