Les Soudanaises dans la rue contre les viols de manifestantes

Des Soudanaises manifestent contre les viols de manifestantes, le 23 décembre 2021 à Omdurman

Des Soudanaises manifestent contre les viols de manifestantes, le 23 décembre 2021 à Omdurman afp.com – Ebrahim HAMID

Plus d’un millier de Soudanaises ont manifesté jeudi contre les viols de manifestantes, rapportés par l’ONU, commis lors des protestations monstres pour le troisième anniversaire de la « révolution », a constaté un journaliste de l’AFP.

L’ONU a affirmé avoir recensé « 13 viols ou viols collectifs » et « des allégations de harcèlement sexuel par les forces de sécurité contre des femmes qui tentaient de fuir ».

Dimanche, une nouvelle fois, les Soudanais sont sortis par centaines de milliers, pour commémorer les trois ans de la « révolution » qui a mis un point final à trois décennies de dictature militaro-islamiste d’Omar el-Béchir.

Mais ce jour-là, face à la foule, les forces de sécurité et leurs supplétifs paramilitaires n’ont pas seulement tiré à balles réelles, lancé des grenades lacrymogènes ou distribué des coups de bâtons. Certains de leurs membres ont aussi violé des femmes et même des fillettes, dont l’une de dix ans, selon les militants.

« Ca fait longtemps qu’ils utilisent le viol comme un outil pour nous briser mais on leur répond qu’on continuera à sortir et à nous faire entendre », lance à l’AFP Malaz Kamal, manifestante de 25 ans à Omdourman, banlieue nord-ouest de Khartoum.

Autour d’elle, on pouvait lire sur d’énormes banderoles « les viols ne nous arrêteront pas » ou encore « les Soudanaises sont plus fortes et le retour en arrière est impossible », le slogan-phare des manifestations contre le pouvoir militaire qui a renforcé sa mainmise sur ce grand pays d’Afrique de l’Est avec le putsch du 25 octobre.

Les violences sexuelles ou contre les femmes sont un fléau que les Soudanais dénoncent de longue date, en particulier au Darfour, dans l’ouest, ravagé depuis 2003 par la guerre et les exactions des paramilitaires désormais acteurs majeurs du nouveau pouvoir à Khartoum.

« On ne veut pas seulement que justice soit rendue aux Soudanaises violées à Khartoum » dimanche « mais à toutes celles qui l’ont été depuis le coup d’Etat de Béchir » en 1989, réclame ainsi Nahla Issa, 23 ans, qui défile au milieu d’environ 1.500 manifestantes et manifestants sous des drapeaux du Soudan.

A la mi-journée, environ 150 manifestantes ont déposé une lettre à la représentation à Khartoum du bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme, réclamant justice pour les manifestantes violées.

Une cinquantaine d’organisations de la société civile avaient lancé un appel à la mobilisation et il a été suivi non seulement dans la capitale du pays de 45 millions d’habitants, l’un des plus pauvres au monde, mais aussi dans diverses provinces, notamment le Kordofan et le Nil Bleu, dans le sud.

Alors que le rapporteur spécial de l’ONU pour la liberté d’association, Clément Voule, réclamait que « les autorités forcent les auteurs des viols et violences sexuelles à rendre des comptes », les ambassades occidentales ont condamné le viol « comme arme pour éloigner les femmes des manifestations et les faire taire ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s