Covid-19 : quelles restrictions dans le monde après la découverte du variant Omicron ?

Des voyageurs font la queue avant de prendre l'Eurostar à destination de l'Europe depuis la gare de St Pancras de Londres le 17 décembre 2021. La France a décidé de durcir ses conditions d'entrée sur son territoire après l'annonce d'un pic d'infection au nouveau variant du Covid-19 Omicron au Royaume-Uni. 88 376 nouveaux cas ont été confirmés le 16 décembre, 10 000 de plus que la veille.
Des voyageurs font la queue avant de prendre l’Eurostar à destination de l’Europe depuis la gare de St Pancras de Londres le 17 décembre 2021. La France a décidé de durcir ses conditions d’entrée sur son territoire après l’annonce d’un pic d’infection au nouveau variant du Covid-19 Omicron au Royaume-Uni. 88 376 nouveaux cas ont été confirmés le 16 décembre, 10 000 de plus que la veille. © AP Photo/Matt Dunham

La découverte en Afrique du Sud d’un nouveau variant du coronavirus, baptisé Omicron, pousse plusieurs pays du monde à un nouveau tour de vis. Confinement aux Pays-Bas, fermeture anticipée des écoles primaires avant les vacances de Noël en Belgique, fermeture des boîtes de nuit au Rwanda et en France, restriction des conditions d’entrée en Italie pour les voyageurs en provenance de l’Union européenne (UE)…. Tour d’horizon.

Les restrictions en Amérique du Nord

  • Canada

Le 30 novembre, le Canada a porté à dix le nombre de pays en provenance desquels les entrées sur son territoire sont interdites. Le Nigeria, le Malawi et l’Égypte rejoignent le Botswana, l’Eswatini, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

« Les ressortissants étrangers qui ont transité ou séjourné dans ces dix pays ne peuvent pas entrer au Canada s’ils y ont séjourné au cours des deux dernières semaines », a indiqué le ministre de la Santé Jean-Yves Duclos, lors d’une conférence de presse.

Ces personnes se verront refuser l’entrée au Canada à compter du 1er décembre.

Les Canadiens et résidents permanents qui sont allés dans l’un de ces pays devront effectuer une quarantaine, en plus d’effectuer un test de dépistage à l’arrivée et au huitième jour après leur retour au pays.

  • Un Noël compromis au Québec

Le Québec va mettre en place dès le 20 décembre des mesures sanitaires très strictes avec des limitations de jauge et en refermant certains lieux publics. Le Premier ministre François Legault a annoncé le 16 décembre une nouvelle série de mesures visant à limiter la propagation du variant Omicron, qui pourrait faire déborder les hôpitaux en janvier, selon les plus récentes projections des autorités. Il a demandé au Québécois de « faire un effort » et d’essayer « de limiter les contacts » pendants les fêtes.

Dans cette bataille, la vaccination n’est pas suffisante. Il faut être capable de réduire les contacts de 50 % au cours des prochaines semaines.
François Legault, Premier ministre du Québec

Les Québécois pourront recevoir un maximum de 10 personnes provenant d’un maximum de trois foyers.

La capacité d’accueil sera réduite de 50 % dans les commerces, les lieux de culte, les restaurants, les salles de spectacles et plusieurs autres types d’établissements.

La danse, les fêtes de bureau et le karaoké seront interdits.

Dans les lieux de culte, les rassemblements de plus de 250 personnes seront interdits.

On exigera le passeport vaccinal dans les lieux de culte, les spas et il sera aussi imposé aux visiteurs et aidants naturels des CHLSD (EPAHD)  et des résidences pour aînés.

Il sera possible de tenir des cérémonies de mariage et des funérailles sans passeport vaccinal, mais le cas échéant, la limite sera fixée à 25 personnes.

Les tournois et les compétitions sportives seront suspendus. Les matchs de saison régulière seront maintenus, mais la pratique de toute activité intérieure devra se limiter à un maximum de 25 personnes.

  • États-Unis

À Los Angeles, à compter de samedi 19 décembre, tous les employés municipaux, policiers et pompiers inclus, qui n’auront pas obtenu une exemption pour une raison médicale ou religieuse, devront être vaccinés, sous peine d’être placés en congé administratif.
En fin de semaine, le président américain Joe Biden avait mis en garde contre « un hiver de maladie grave et de mort » pour les personnes non vaccinées et exhorté les Américains à se faire vacciner.

(RE)voir : Covid-19 : avec Omicron le retour des restrictions

Les restrictions en Europe

  • France

A Paris, la mairie a annoncé l’annulation du feu d’artifice et des concerts du Nouvel An prévus sur la célèbre avenue des Champs-Elysées. Le Premier ministre Jean Castex avait demandé vendredi aux mairies de renoncer aux concerts et feux d’artifice le soir du 31 décembre, pendant lequel la consommation d’alcool sur la voie publique sera interdite.

Par ailleurs, le Premier ministre avait annoncé la fermeture des discothèques pendant les quatre prochaines semaines à partir du 10 décembre.

Lors du dernier Conseil de défense le 17 décembre il avait renforcé les restrictions sanitaires. La principale étant que le pass sanitaire devient un pass vaccinal.

(RE)lire : Covid-19 en France : un pass vaccinal au lieu du simple pass sanitaire

Pour entrer dans les restaurants, centres commerciaux, lieux de spectacle, musées et autres lieux réunissant du public, un test négatif ne suffira plus : il faudra forcément avoir été vacciné (ou guéri du Covid) et avoir reçu une dose de rappel.

Le rappel de vaccin est raccourci de 5 à 4 mois, pour tous les adultes.

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans sera ouverte à partir du 15 décembre. Une telle mesure viserait essentiellement à éviter que les enfants deviennent les principaux vecteurs de l’épidémie, les cas graves de Covid étant extrêmement rares chez les plus jeunes.

Mais avant de l’acter, l’État doit attendre l’avis de plusieurs instances. Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE), la Haute autorité de santé (HAS) puis en dernier lieu le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV), ne se prononceront que quelques jours avant Noël.  Cependant, l’exécutif, à commencer par le président Macron, ne cache pas sa volonté de prendre une telle décision, sur le modèle d’Israël ou des États-Unis.

Les pharmaciens « qui le souhaitent » pourront ouvrir désormais tous les dimanches sur les mois de décembre et janvier pour vacciner contre le Covid-19.

Pour l’instant pas de confinement ou de couvre-feu au programme, que ce soit pour les non-vaccinés ou l’ensemble de la population, même si le gouvernement se garde de promettre qu’il ne reviendra plus jamais à de telles mesures. Cependant les mairies doivent renoncer aux concerts et feux d’artifice le soir du 31 décembre. La consommation d’alcool sur la voie publique sera interdite.

En France, toute personne « contact » d’une autre, testée positive au nouveau variant du coronavirus, Omicron, devra être isolée même si elle est vaccinée. Actuellement, si une personne est cas contact d’une personne infectée au coronavirus, elle ne doit s’isoler sept jours que si elle n’est pas vaccinée ou que son schéma vaccinal est incomplet et/ou qu’elle est immunodéprimée, d’après l’Assurance maladie. 

La France a également suspendu, le 26 novembre, les arrivées en provenance de sept pays d’Afrique australe, dont l’Afrique du Sud : LesothoBotswanaZimbabweMozambiqueNamibie et l’Eswatini, auxquels ont été ajoutés le Malawi, la Zambie et l’île Maurice.

Le 16 décembre, l’obligation de justifier de « motifs impérieux » pour les voyageurs en provenance et à destination du Royaume-Uni a été rétablie.

Pour l’ensemble des voyageurs provenant d’un pays hors de l’UE, un seul test négatif de moins de 48 heures est nécéssaire, « que ces voyageurs soient vaccinés ou non ».

Concernant les voyageurs en provenance des pays de l’UE, la France imposera un test de 24 heures pour les non-vaccinés. 

(Re)voir : Covid-19 : ce que l’on sait du « préoccupant » variant Omicron

  • Belgique 

le Premier ministre belge Alexander De Croo a annoncé que les écoles maternelles et primaires de Belgique fermeront leurs portes pour les congés de Noël avec une semaine d’avance.

Un couvre-feu est instauré à partir de 23 heures depuis le 27 novembre. Les discothèques resteront fermées. Les compétitions sportives à l’intérieur auront lieu sans public. Les réceptions privées en intérieur sont désormais interdites, excepté les mariages et les funérailles. Les bars et restaurants fermeront dès 23h00 avec obligation pour les clients d’être assis et pas plus de six par table. 
 

  • Royaume-Uni

A Londres, où le variant Omicron est déjà dominant, le maire Sadiq Khan s’est déclaré « immensément préoccupé » et a déclenché une procédure d’alerte impliquant une réponse coordonnée des services publics. Ce dispositif avait déjà été activé le 8 janvier 2021, au plus fort de la pandémie, quand les hôpitaux londoniens étaient menacés d’être submergés.

Selon plusieurs médias britanniques, le gouvernement envisage d’interdire les rassemblements en intérieur après Noël pendant deux semaines pour tenter de briser la vague de contaminations.

Le Royaume-Uni avait annoncé le mardi 14 décembre que le ministre britannique de la Santé allait metttre fin aux très strictes restrictions imposées aux arrivées depuis 11 pays africains, dont l’Afrique du Sud et le Nigeria.

Le Royaume-Uni, où deux premiers cas avaient été détectés dès samedi 27 novembre, avait décidé de durcir les mesures aux frontières. « Nous demanderons à toute personne entrant au Royaume-Uni de passer un test PCR » deux jours après son arrivée « et de s’isoler jusqu’à ce qu’elle ait le résultat », a déclaré le Premier ministre, Boris Johnson.

Il faut désormai un « motif impérieux » pour traverser la Manche. De nombreux Britanniques ont donc annulé leurs réservations de ski ou de séjours dans le Sud de la France.

(RE)voir : Royaume-Uni : Boris Johnson confronté à Omicron et à un échec électoral

 

  • Allemagne

L’Allemagne, qui a classé vendredi 17 décembre la France et le Danemark zones de contamination à « haut risque », va imposer aux voyageurs non vaccinés en provenance de ces pays une période de quarantaine.

Les autorités allemandes ont annoncé samedi 18 décembre avoir classé à son tour le Royaume-Uni dans la catégorie des pays frappés par la pandémie de Covid-19 les plus à risque : les personnes arrivant du territoire britannique devront se soumettre à partir de « dimanche à minuit » (23H00 GMT) à une quarantaine obligatoire de deux semaines, y compris celles vaccinées ou guéries de cette maladie.

L’Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés depuis le 2 décembre 2021 qui s’apparentant à un quasi-confinement. Toute personne n’ayant pas un passeport vaccinal complet n’a plus accès aux commerces non essentiels, aux restaurants, aux lieux de culture ou de loisirs.

Seuls les citoyens allemands sont autorisés à rentrer d’Afrique du Sud depuis le vendredi 26 novembre, à condition de respecter une quarantaine de quatorze jours, même s’ils sont vaccinés, a annoncé le ministre sortant allemand de la Santé Jens Spahn.

La ville de Berlin a commencé le 15 décembre une campagnes de vaccination contre le Covid des enfants de moins de 12 ans, une des tranches d’âge les plus exposées aux contaminations actuelles.

  • Italie 

L’Italie annonce une restriction des conditions d’entrée sur son territoire pour les voyageurs en provenance de l’Union européenne (UE) à partir du 16 décembre. Elle exige un test négatif obligatoire pour tous et une quarantaine de cinq jours pour les non-vaccinés.

Elle avait interdit vendredi 26 novembre son territoire à toute personne ayant séjourné en Afrique australe « au cours des quatorze derniers jours. » Les pays concernés par cette mesure sont l’Afrique du Sud, le Lesotho, le Botswana, le Zimbabwe, le Mozambique, la Namibie et l’Eswatini.

  • Pays-Bas

Les Pays-Bas se sont reconfinés dimanche 19 décembre. « Je suis ici ce soir d’humeur sombre. Pour le résumer en une phrase, les Pays-Bas vont retourner au confinement à partir de demain (dimanche) », avait déclaré le Premier ministre Mark Rutte. « C’est inévitable (…) et nous devons intervenir maintenant par précaution », a-t-il poursuivi au cours d’une conférence de presse télévisée.

Tous les magasins non-essentiels, restaurants, bars, cinémas, musées et théâtres ont fermé leurs portes et ce, jusqu’au 14 janvier. Les écoles doivent garder portes closes au moins jusqu’au 9 janvier. Le nombre des invités que les gens sont autorisés à recevoir chez eux est parallèlement réduit à deux, sauf pour Noël, ainsi que la veille et le lendemain de cette journée du 25 décembre, et pour la période du Nouvel An, où il sera de quatre.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait annoncé le 15 décembre la fermeture anticipée des écoles primaires une semaine avant les vacances de Noël. Il prolonge les restrictions sanitaires actuelles jusqu’au 14 janvier, à cause du variant Omicron.

La Commission européenne proposera, en étroite coordination avec les États membres, d’activer le frein d’urgence pour interrompre les voyages aériens en provenance de la région d’Afrique australe en raison du variant B.1.1.529.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

  • La Pologne

La Pologne annonce des jauges plus strictes dans la restauration, l’hôtellerie, les transports et les églises, ainsi que la fermeture de discothèques et clubs, à compter du 15 décembre.
 
30% des capacités des établissements accueillant du public seront autorisée, contre 50% actuellement. Dans les transports publics, la jauge pourra aller jusqu’à 75% des capacités prévues. Les clubs et discothèques vont fermer.
 
Par ailleurs, une nouvelle loi en préparation devrait permettre aux chefs d’entreprise de demander des résultats de tests anti-Covid à leurs employés

  • Irlande

Les bars, pubs et restaurants devront fermer dès 20H00 à partir de dimanche 19 décembre et cela jusqu’à la fin janvier.
 

  • Danemark

Dès dimanche 19 décembre et pour un mois les théâtres, cinémas et salles de concerts vont fermer, ainsi que les parcs d’attractions et musées.
 

  • Suisse

En Suisse, à partir de lundi 20 décembre, seules les personnes vaccinées ou guéries auront accès à l’intérieur des restaurants, des établissements culturels et des installations de sport et de loisirs ainsi qu’aux événements en intérieur.

Les restrictions en Afrique

  • Rwanda

Le Rwanda a détecté six premiers cas du variant Omicron le 15 décembre. Le pays annonce de nouvelles restrictions ce même jour contre le Covid-19, comme la fermeture des boîtes de nuit et l’extension de la quarantaine pour les voyageurs internationaux. Celle-ci passe de un à trois jours.

Les vols en provenance et à destination d’Afrique du sud sont interdits depuis lundi 29 novembre. Le couvre-feu actuel de minuit à 04H00 est maintenu.
 

  • Zimbabwe

​​Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a imposé dès le 30 novembre, une quarantaine de dix jours à tous les arrivants dans le pays. Il instaure également la prolongation du couvre-feu en vigueur et l’obligation de présenter une preuve de vaccination pour se rendre dans les bars ou les clubs.
 

  • Afrique Australe

Depuis la découverte du variant Omicron, en Afrique du Sud, plusieurs pays ont fermé leurs frontières à l’Afrique australe. Parmi eux, notamment la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis ou encore les Philippines. 

Une décision qui a « profondément déçu » le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, qui estime qu’elle reflète une « discrimination » à l’égard de son pays et des pays voisins de l’Afrique du Sud. 

Le chef d’État est inquiet quant aux possibles répercussions de ces décisions, sur son pays : « elles ne font qu’endommager davantage nos économies et saper notre capacité à répondre et à nous remettre de la pandémie », précise-t-il.
 

Les décisions concernant le Covid doivent s’appuyer sur des faits scientifiques, pas sur de l’afrophobie
Lazarus Chakwera, président du Malawi

Le président du Malawi, Lazarus Chakwera, qui assure actuellement la présidence tournante de la SADC (qui regroupe seize pays d’Afrique australe), avait auparavant estimé que les restrictions « unilatérales de voyage imposées » à ces pays par l’Europe ou l’Amérique du Nord « n’ont pas lieu d’être ».

Il estime même que ces décision reposent sur une forme « d’afrophobie ».
 

  • Gabon 

Le Gabon interdit tous vols en provenance d’Afrique du Sud depuis le 29 novembre.
 

  • Côte d’Ivoire

La Banque africaine de développement  (BAD) a annoncé reporter l’Africa Investment Forum, qui devait se tenir du 1er au 3 décembre 2021, à Abidjan. 

 

Restrictions au Maghreb

  • Maroc

Le gouvernement marocain a décidé depuis le 13 décembre d’autoriser exceptionnellement les Marocains bloqués à l’étranger, à cause de la fermeture des frontières occasionnée par le variant Omicron, à retourner dans leur pays.

Les vols à destination et en provenance de la France sont suspendus depuis le 28 novembre à 23h59.

(RE)lire: Covid-19 : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec la France à partir du 26 novembre à minuit

Le royaume chérifien avait également décidé de suspendre les vols depuis et vers l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni à cause de l’évolution de la situation sanitaire dans ces trois pays. La suspension des vols avec la Russie, décidée début octobre, a cependant été levée.

Le Maroc avait décidé vendredi 26 novembre d’interdire l’accès de son territoire aux ressortissants des pays d’Afrique australe après la détection d’un nouveau variant du Covid-19 identifié pour la première fois en Afrique du Sud et potentiellement très contagieux, selon l’agence de presse officielle MAP.

Les restrictions en Asie

  • Corée du sud

Dès samedi 18 décembre, le pays a instauré des heures de fermeture obligatoire pour les cafés, restaurants, cinémas et autres lieux publics et les rassemblements privés doivent y être désormais limités à quatre personnes.

 

  • Japon

Les autorités ont demandé à partir du 1er décembre, aux compagnies aériennes de suspendre les nouvelles réservations à destination de son territoire pendant un mois.

L’annonce intervient alors qu’un deuxième cas du variant Omicron a été confirmé dans l’archipel, le même jour, chez un voyageur arrivé du Pérou la semaine précédente.

Ces mesures interviennent trois semaines après avoir assoupli certaines restrictions pour permettre l’entrée des voyageurs d’affaires, étudiants et stagiaires étrangers. Le premier ministre Fumio Kishida avait annoncé « interdire toutes les (nouvelles) entrées de ressortissants étrangers du monde entier à partir du mardi 30 novembre. »

Les Japonais revenant de neuf États d’Afrique australe et de pays où des infections au nouveau variant – identifié pour la première fois en Afrique du Sud – ont été recensées devront, eux, se soumettre à « de strictes mesures d’isolement en fonction des risques ».

 (Re)lire : Covid-19 : quel est le nouveau variant apparu en Afrique du Sud ?
 

  • Philippines

Les Philippines ont suspendu le 26 novembre les vols en provenance de pays où a été détecté le nouveau variant du coronavirus, identifié pour la première fois en Afrique du Sud. « La suspension temporaire des vols internationaux en provenance d’Afrique du Sud, du Botswana et d’autres pays présentant des cas locaux ou des probabilités d’apparition du variante B.1.1.529… prend effet immédiatement », a déclaré le porte-parole de la présidence Karlo Nograles dans un communiqué.

A re(lire) :

> Covid-19 : que sait-on du variant Delta ?

> Coronavirus : « Le variant delta est en train de contaminer essentiellement des personnes non-vaccinées »

Les restrictions au Moyen-Orient 

 

  • Israël

Israël va interdire à partir du 28 novembre minuit l’entrée des ressortissants étrangers sur son territoire dans l’espoir de ralentir la propagation du nouveau variant du coronavirus Omicron, dont un premier cas a été confirmé au pays.

« L’entrée des ressortissants étrangers en Israël est interdite sauf pour des cas approuvés par un comité spécial », a annoncé le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

Les citoyens israéliens vaccinés de retour de voyage devront présenter un test PCR et se mettre en quarantaine pendant trois jours, une mesure étendue à sept jours pour les non-vaccinés, a précisé le communiqué. Ces décisions viennent mettre un cran d’arrêt à la réouverture des frontières, le 1er novembre, aux touristes étrangers vaccinés.

Les règles sur les rassemblements ne seront pas changées en dehors de l’obligation de présenter un pass sanitaire pour les événements réunissant 50 personnes au lieu de 100 auparavant, ont précisé les autorités.

Les restrictions en Amérique latine 

 

  • Brésil

Le gouvernement de Sao Paulo (sud), a annoncé le 30 novembre, la découverte de deux cas du nouveau variant Omicron. Il s’agit des premiers dans ce pays et en Amérique latine, chez des voyageurs en provenance d’Afrique du Sud.

L’agence brésilienne de surveillance sanitaire (Anvisa) avait recommandé vendredi 26 novembre la suspension des vols en provenance de six pays d’Afrique australe en raison du nouveau variant de Covid-19 apparu dans la région.

« Étant donné l’impact épidémiologique que le nouveau variant pourrait avoir sur la situation mondiale, nous recommandons, comme mesure préventive, la suspension immédiate de tous les vols en provenance d’Afrique du Sud, du Botswana, d’Eswatini, du Lesotho, de la Namibie et du Zimbabwe », a expliqué l’Anvisa dans un communiqué.

L’agence régulatrice a également recommandé « la suspension temporaire de l’autorisation de séjourner au Brésil pour des voyageurs étrangers passés par ces pays ces 14 derniers jours ».

L’Anvisa préconise également que les Brésiliens revenant de ces pays soient placés en quarantaine. Le gouvernement du président Jair Bolsonaro doit à présent décider s’il tient compte ou non de ces recommandations. 

La ville de Rio de Janeiro ne célébrera pas le Nouvel An avec les habituelles festivités en raison de l’arrivée au Brésil du nouveau variant Omicron, ont annoncé le 4 décembre les autorités municipales.

Cette décision fait craindre une possible annulation du célèbre carnaval, qui devrait se dérouler du 25 février au 1er mars, déjà annulé l’an dernier en raison de l’épidémie de Covid-19.

Les restrictions en Océanie

  • Australie 

Après avoir détecté cinq cas du variant du coronavirus Omicron, chez des passagers en provenance d’Afrique australe, l’Australie a décidé de suspendre son projet de réouverture des frontières aux étudiants et aux travailleurs qualifiés, le 29 novembre. Le pays invoque des incertitudes qui entourent encore la dangerosité et la transmissibilité du variant Omicron. 

Prévue pour le 1er décembre prochain, la réouverture devrait être reportée d’au moins deux semaines. 

Le Premier ministre, Scott Morrison, a qualifié ce report de « nécessaire et temporaire », fondé sur des recommandations médicales.
« La suspension temporaire permettra à l’Australie de recueillir les informations dont nous avons besoin pour mieux comprendre ce variant Omicron », a-t-il déclaré.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s