Centrafrique : cinq civils et un militaire tués dans une attaque rebelle

Un élément de 3R pose devant un char de combat de la Minusca dans la région de Koui dans le Nord-ouest de la RCA, 2019 ©RNL

Cinq civils et un soldat centrafricain ont été tués dans une attaque armée dans le nord-ouest de la Centrafrique, en proie à des combats entre des groupes rebelles et l’armée, a déclaré lundi 20 décembre à l’AFP le sous-préfet de la région.

Dimanche, «les rebelles ont attaqué les positions des forces centrafricaines et sont entrés dans la ville» de Mann, à 600 km au nord-ouest de la capitale Bangui, a déclaré Jean-Ulrich Sembetanga. «Le bilan est de cinq civils tués, un soldat centrafricain et un rebelle», a-t-il affirmé à l’AFP. Le sous-préfet a mis en cause les rebelles des 3R, (Retour, Réclamation, Réhabilitation) majoritairement composés de Peuls et très puissants dans le nord-ouest de la Centrafrique.

Le 28 novembre, une trentaine de civils et deux militaires avaient aussi été tués dans des attaques menées selon les autorités par ce groupe rebelle. Les 6 et 7 décembre, une quinzaine de civils ont été tués dans des attaques de groupes armés à Boyo dans le centre-est de la Centrafrique, a annoncé lundi l’ONU en évoquant également «des cas d’amputation, d’extorsion et destruction d’habitations et près de 1500 personnes déplacées».

Le président Faustin Archange Touadéra a décrété le 15 octobre «un cessez-le-feu unilatéral» de son armée et de ses alliés pour favoriser l’ouverture prochaine d’un dialogue. Les principaux groupes armés avaient annoncé qu’ils respecteraient également un cessez-le-feu. Classée deuxième pays le moins développé au monde par l’ONU, la Centrafrique a été plongée dans une guerre civile sanglante après un coup d’État en 2013. Ce conflit perdure mais a considérablement baissé d’intensité depuis trois ans, même si des pans entiers de territoires continuent d’échapper au pouvoir central.

Une coalition de groupes rebelles a lancé en décembre 2020 une offensive pour tenter de renverser le chef de l’État Faustin Archange Touadéra qui briguait un deuxième mandat. Il a été réélu et a appelé à la rescousse Moscou et Kigali qui ont massivement dépêché des paramilitaires russes – des «mercenaires» de la société privée Wagner, selon l’ONU – et des soldats d’élite rwandais. Ces forces ont reconquis la grande majorité du pays et repoussé les rebelles dans la brousse, d’où ils multiplient les actions de guérilla.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s