Les Argentins en masse dans la rue contre un accord avec le FMI

Manifestation à Buenos Aires contre un accord avec le FMI sur la dette argentine, le 11 décembre 2021

Manifestation à Buenos Aires contre un accord avec le FMI sur la dette argentine, le 11 décembre 2021 afp.com – ALEJANDRO PAGNI
 

Des dizaines de milliers d’Argentins ont manifesté samedi contre la renégociation de la dette que leur gouvernement tente d’obtenir auprès du Fonds monétaire international (FMI), perspective qui réveille la hantise de la casse sociale associée aux plans d’ajustement du passé.

« Non à un accord avec le FMI », « la dette est envers le peuple, pas le FMI », « payer la dette EST un ajustement ». Samedi en fin de journée, banderoles, slogans et chants des organisations de gauche radicale, étudiants, syndicats, ont envahi la Plaza de Mayo, théâtre historique des joies et des colères du pays, au pied de la Casa Rosada, le palais présidentiel.

Entre fanfares, fumigènes, pétards assourdissants, fumée des « parillas » (grills) installées dans la rue, le FMI était visé, mais aussi le gouvernement de centre-gauche, accusé de se prêter à un accord pour réaménager sa dette de 44 milliards de dollars due d’ici 2024. Et pour corollaire, se prêter à une rigueur budgétaire accrue, dans un pays qui compte déjà 40% de pauvres.

« C’est horrible de voir dans des hôpitaux des enfants au petit ventre gonflé par la faim. Ca existe, aujourd’hui, en Argentine! », lance à l’AFP dans une colère contenue Aña Cristina Jaime, 70 ans, « sans parti mais coeur à gauche ». « Tous les 8-9 ans, cela recommence, on nous +vend+ au FMI (…) la seule option que je vois est de ne pas payer, mais traquer les capitaux enfuis à l’étranger. Que ceux-là payent! »

Toute la semaine, une délégation argentine (gouvernement et Banque centrale) a tenu à Washington des réunions avec une équipe du FMI. D’ici la fin de l’année, l’exécutif doit présenter au parlement un « programme économique pluriannuel » qui aurait l’aval du Fonds.

Résultat du round d’entretiens: « de plus amples discussions » sont nécessaires avant un accord, a annoncé le FMI dans un communiqué vendredi.

Vendredi soir, une foule encore plus nombreuse s’était déjà rassemblée sur la Plaza de Mayo, composée cette fois de secteurs proches du gouvernement péroniste, pour célébrer en musique le 38e anniversaire du retour de la démocratie en Argentine après la dictature (1976-1983).

– Bête noire –

Aux côtés du président Alberto Fernandez, les anciens chefs d’Etat brésilien Luiz Inacio Lula da Silva (probable candidat présidentiel en 2022) et uruguayen José « Pépé » Mujica. Thème du soir: la nostalgie de, selon Lula, « la meilleure époque pour la démocratie » en Amérique du Sud, quand des exécutifs de centre-gauche, socialistes ou « bolivarien », gouvernaient de Santiago à Caracas, dans la première décennie du 21e siècle.

Mais là encore, pas de mystère sur la bête noire, invité obligé de tous les discours: le FMI. Ovation assurée quand Alberto Fernandez a lancé que « l’Argentine des ajustements (structurels) appartient à l’histoire » et qu’un remboursement « ne se fera pas au détriment de la santé, de l’éducation publique, des salaires, des retraites ». Même si, a-t-il pris soin d’énoncer, « nous allons assumer les obligations prises par d’autres », à savoir le prêt souscrit par son prédécesseur Mauricio Macri (2018).

Ovation plus forte encore, quand la toujours populaire Cristina Fernandez de Kirchner, cheffe de l’Etat de 2007 à 2015 et actuelle vice-présidente, a dénoncé un FMI « qui depuis longtemps conditionne la vie en Argentine ». Et a intimé presque à Fernandez « que le FMI nous aide a récupérer des milliards de dollars qui ne manquent pas à l’Argentine, non, mais (que des Argentins ont) emmenés dans des paradis fiscaux! Que cela soit un point de négociation avec le Fonds. »

Le calendrier voit converger ces négociations et l’anniversaire de la « Grande crise » de décembre 2001: l’explosion sociale d’une Argentine alors coincée entre fuite des capitaux et crise de liquidités, après des années de plans d’austérité sur demande du FMI, s’était traduite par des émeutes, pillages, violences, une quarantaine de morts et un trauma durable.

« Je me souviens bien de 2001, le pillage d’un supermarché au coin de ma rue, c’était des gens sans travail, c’était la faim », racontait samedi dans la manifestation Juan Soto, ouvrier maraîcher de 30 ans. « L’histoire se répète, vous savez. S’il y a accord (avec le FMI), c’est qu’il y a ajustement. Mais qui +s’ajuste+ ? Les travailleurs, les pauvres. Ceux qui sortent d’une pandémie où il y a déjà eu tant d’emplois perdus ? »

 

 

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s