Kenya: quand les prêts en ligne virent à l’humiliation publique

Quelques clics suffisent...

Quelques clics suffisent… afp.com – Simon MAINA

Quelques clics, aucune garantie exigée: il n’a fallu que quelques secondes à Ambrose Kilonzo, agent de sécurité kényan, pour obtenir un prêt sur une application mobile. Mais quand il n’a pas pu rembourser, ses bailleurs ont contacté son patron, menaçant son emploi.

Cette situation n’est pas rare au Kenya, où l’essor des prêts numériques a vu des milliers de personnes s’endetter à des taux d’intérêt élevés.

Ces applications offrent de l’argent rapidement et discrètement aux personnes qui n’ont pas de compte en banque. Mais le non-remboursement vire souvent à l’humiliation publique: les agents de recouvrement appellent amis, famille et même employeurs de l’emprunteur pour le forcer à payer.

Ambrose Kilonzo, qui gagne 23.000 shillings kényans par mois (178 euros environ), ne s’attendait pas à voir son emploi menacé pour un prêt de moins de 30 dollars.

« C’était comme un petit extra », raconte l’AFP cet homme de 38 ans: « La façon dont c’était présenté, c’était si facile d’obtenir de l’argent. Ce n’était pas quelque chose d’important. »

Dans ce pays d’Afrique de l’Est où seulement 41% de la population a accès à un compte bancaire, selon les données de 2019 de la Banque centrale du Kenya et de l’organisation financière à but non-lucratif FSD Kenya, les prêts numériques ont connu un grand succès.

Le pays ne comptait que cinq prêteurs numériques en 2015. Il en recense aujourd’hui plus de cent, dont les sociétés Tala, Okash et Opesa, dont les prêts atteignent au total jusqu’à 60 millions de dollars par mois.

– Données privées –

Mais ces applications sont de plus en plus surveillées pour certaines pratiques prédatrices, comme les taux d’intérêt atteignant jusqu’à 400%.

Elles sont aussi connues pour utiliser les données des téléphones de leurs emprunteurs pour humilier ceux qui ne remboursent pas.

Quand Patricia Kamene a pris du retard sur ses paiements, ses amis ont essuyé un déluge d’appels d’un agent de recouvrement.

Désespérément en besoin d’argent après avoir perdu son emploi dans un supermarché durant la pandémie de coronavirus, cette mère célibataire de 24 ans n’avait pas lu les mentions en petits caractères dans le contrat.

Comme la plupart des utilisateurs, elle ignorait qu’elle avait donné son consentement pour que les développeurs accèdent à son répertoire téléphonique, son journal d’appels et de SMS, sa liste d’amis Facebook…

« Quand vous avez faim, que vous n’avez rien et que ces applications vous donnent de l’argent, vous le prenez sans lire les conditions », explique-t-elle à l’AFP.

Un homme qui ne pouvait payer ses dettes s’est suicidé en novembre 2019, après qu’un prêteur a appelé sa mère, sa grand-mère et sa tante. Sa femme a raconté qu’il n’avait pas supporté l’humiliation.

– « Prêteurs voyous » –

Le directeur de la fédération des prêteurs numériques du Kenya (DLAK), Kevin Mutiso, assure que de telles pratiques se limitent à quelques « prêteurs voyous ».

« Notre secteur a grandi très vite », déclare-t-il à l’AFP, soulignant que l’explosion de la demande avait contraint beaucoup de ces organismes de prêt à sous-traiter le recouvrement de créances à des tiers, au comportement parfois irresponsable.

« La DLAK a un code de conduite stipulant qu’aucun de nos membres ne doit humilier ses clients avec ses dettes », explique-t-il, ajoutant avoir mené une campagne contre les prêteurs malhonnêtes et offert une indemnisation aux victimes de harcèlement.

Le gouvernement a adopté mardi une nouvelle loi permettant à la banque centrale de surveiller tous les prêteurs, laissant ouverte la possibilité d’un plafonnement des taux d’intérêt proposés par les applications.

Le gouverneur de la banque centrale Patrick Njoroge avait mis en garde en juillet le Parlement sur la frénésie de crédit et les risques posés à l’ensemble de l’économie.

« Il y a un certain chaos dans les schémas d’emprunt et de prêt, où les gens vont parfois s’adresser à trois ou quatre prêteurs, emprunter à l’un pour rembourser l’autre. Et quand ils ont des problèmes, tout le processus s’effondre », expliquait-il.

Pour Ambrose Kilonzo, le prix du harcèlement et de l’humiliation n’en vaut pas la peine: « Je suis retourné à mes banques et j’essaie de vivre selon mes moyens ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s