L’Afrique réclame une relation avec la Chine moins centrée sur la dette, Pékin promet des vaccins

Le 3 septembre 2018, le président chinois organisait un sommet avec ses homologues africains.

Le 3 septembre 2018, le président chinois organisait un sommet avec ses homologues africains. AP (ARCHIVE)

Le président chinois Xi Jinping promet un milliard de doses de vaccins anti-Covid au continent africain sous forme de dons ou de soutiens à la production locale. Les pays africains présents au Forum Chine-Afrique à Dakar réclament pour leur part une relation moins centrée sur la dette.

Le temps est à la diplomatie du vaccin. Le président chinois Xi Jinping vient de promettre un milliard de doses de vaccins anti-Covid à l’Afrique, sous la forme de dons ou de soutien à la production locale.

« Dans le cadre de la lutte contre le Covid, la Chine fournira à l’Afrique un milliard de doses de vaccins supplémentaires, dont 600 millions sous forme de dons et 400 millions sous d’autres formes comme la mise en place d’unités de production de vaccins », a-t-il dit dans une intervention à distance lors du Forum de coopération Chine-Afrique (Focac).

 Xi Jinping promet un milliard de vaccins

L’Afrique accuse en effet un sévère retard de vaccination « Nous devons poursuivre la lutte solidaire contre le Covid. Nous devons accorder la priorité à la protection de nos populations et combler le fossé vaccinal », a indiqué le président chinois.

Cette promesse chinoise intervient au moment où les pays africains s’interrogent sur la nature de leur relation avec la Chine, premier partenaire commercial du continent.

Le ministre sénégalais de l’Economie Amadou Hott a ainsi  demandé lundi à la Chine, une relation avec le continent moins centrée sur la dette et profitant plus aux économies africaines.

Une relation trop centrée sur la dette

La coopération doit « viser plus d’investissements directs étrangers chinois en Afrique », a-t-il dit. « On a beaucoup d’investissements en dette, il nous faut plus d’investissements en fonds propres », estime le ministre sénégalais.

La Chine fait face au reproche de se servir des dettes contractées par les Etats africains, notamment pour financer de grandes infrastructures comme les aéroports ou les lignes de trains, pour accroître son influence sur des pays incapables ou peinant à honorer leurs engagements.

La Chine, premier partenaire commercial du continent

Avec des échanges portant sur 200 milliards de dollars par an la Chine estaujourd’hui le premier partenaire commercial du continent. Pékin est désormais le  premier créancier de nombreux pays africains devant le FMI ou la Banque mondiale.

Les entreprises de BTP chinoises sont omniprésentes. Elle captent désormais le tiers des grands chantiers d’infrastructures comme barrage sur le Nil construit par l’Éthiopie où les autoroutes en Algérie.
 
La Chine est aussi critiquée pour le déséquilibre des échanges commerciaux, ainsi que ses pratiques sociales ou environnementales.

Lire : En prêtant à l’Afrique, la Chine s’est constitué « une clientèle politique »

Le ministère chinois des Affaires étrangères a rejeté vendredi l’accusation de se servir de la dette en Afrique. Il invoquait le manque de fonds propres des pays africains comme entravant leur développement social.

Le ministre sénégalais a demandé à ce que les entreprises chinoises orientent davantage leurs investissements vers l’industrialisation et la digitalisation des économies du continent, avec un transfert de compétences et de technologies.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s