L’Ethiopie accuse les Etats-Unis de propager des « fausses informations »

Manifestation d'Ethiopiens contre de prétendues fausses informations et ingérence étrangère devant l'ambassade britannique à Addis Abeba, le 25 novembre 2021.

Manifestation d’Ethiopiens contre de prétendues fausses informations et ingérence étrangère devant l’ambassade britannique à Addis Abeba, le 25 novembre 2021. afp.com – Amanuel Sileshi

L’Ethiopie a accusé jeudi les Etats-Unis de propager de fausses informations sur les conditions de sécurité dans le pays frappé par la guerre, avertissant qu’elles pourraient nuire aux relations bilatérales.

Des foules de partisans du gouvernement ont manifesté jeudi devant les ambassades des Etats-Unis et du Royaume-Uni dans la capitale Addis Abeba, agitant des drapeaux éthiopiens et scandant « Stop à l’ingérence étrangère » et « Stop aux fake news ».

Les affirmations de l’Ethiopie mettent en relief des tensions croissantes entre le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed et des puissances mondiales qui le considéraient autrefois comme un réformateur.

L’Ethiopie était perçue par Washington comme un partenaire crucial pour la sécurité dans la Corne de l’Afrique instable, mais les relations se sont détériorées en raison de la guerre qui dure depuis plus d’un an contre les rebelles tigréens qui menacent désormais de marcher sur Addis Abeba.

Le 5 novembre, le Département d’Etat a ordonné le retrait du personnel non-essentiel de son ambassade à Addis Abeba en raison du « conflit armé, de troubles civils et d’éventuelles pénuries d’approvisionnement ». La décision américaine a été suivie par plusieurs autres missions diplomatiques.

Cette semaine, l’ambassade des Etats-Unis semble avoir irrité le gouvernement du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed en publiant un avertissement concernant un risque d’attaques terroristes en Ethiopie.

– Nuir « aux relations » –

« Auparavant, ils (les Américains) diffusaient des informations selon lesquelles Addis Abeba est encerclée (par les rebelles), maintenant ils ajoutent cette fausse information selon laquelle une attaque terroriste va avoir lieu », a déclaré jeudi Kebede Desisa, un porte-parole du gouvernement éthiopien, lors d’une conférence de presse.

« Ces actions nuisent aux relations historiques entre les deux pays », a-t-il ajouté.

L’administration de Joe Biden a annoncé courant novembre son intention de retirer l’Ethiopie d’un important accord commercial qui accorde un accès sans taxes à la plupart des exportations.

Mais l’administration américaine s’est abstenue d’imposer des sanctions contre le gouvernement éthiopien et les rebelles dans l’espoir de parvenir à un règlement du conflit.

La guerre a démarré au Tigré en novembre 2020 lorsque le Premier ministre éthiopien y a envoyé l’armée fédérale afin d’en destituer les autorités, issues du Front de libération du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu’il accusait d’avoir attaqué des bases militaires.

M. Abiy avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais, en juin, le TPLF a repris l’essentiel du Tigré et poursuivi son offensive dans les régions voisines de l’Amhara et de l’Afar, pour menacer désormais Addis Abeba.

Les combats ont fait des milliers de morts et poussé des centaines de milliers de personnes dans des conditions proches de la famine, selon des estimations de l’ONU.

– Efforts pour un cessez-le feu-

L’envoyé spécial de l’Union africaine pour la Corne de l’Afrique, l’ex-président Olusegun Obasanjo, mène des efforts diplomatiques pour parvenir à arracher un cessez-le-feu, mais peu de progrès ont été enregistrés jusqu’à présent.

Le média d’Etat éthiopien Fana Broadcasting Corporate a rapporté mercredi que M. Abiy « mène maintenant la contre-offensive » et « dirige le champ de bataille depuis hier », affirmant qu’à Addis Abeba le vice-Premier ministre Demeke Mekonnen gère désormais les « affaires courantes ». M. Abiy est un ancien opérateur radio de l’armée devenu lieutenant-colonel.

Le TPLF souhaite que le gouvernement et les forces alliées se retirent de la partie ouest du Tigré, tandis que le gouvernement d’Abiy veut que le TPLF se retire d’Amhara et d’Afar.

Les dirigeants du TPLF ont également déclaré qu’ils avaient l’intention de briser ce qu’ils décrivent comme un « siège » humanitaire du Tigré, où très peu d’aide a pu parvenir au cours du mois dernier.

Il y a une semaine, le gouvernement a annoncé qu’il autoriserait 369 camions transportant de l’aide à entrer au Tigré.

Mercredi, le bureau de coordination humanitaire de l’ONU a déclaré que près de 40 camions transportant de la nourriture et d’autres aides étaient partis pour le Tigré depuis Semera, la capitale de l’Afar.

« C’est le premier convoi depuis le 18 octobre », a déclaré ce bureau dans un communiqué. Mais « des camions transportant du carburant et des fournitures médicales attendent toujours à Semera l’autorisation des autorités. »

L’ONU a également effectué son premier vol humanitaire d’Addis Abeba à Mekele cette semaine depuis une suspension en octobre de ce type de vols en raison d’une campagne de frappes aériennes gouvernementales dans la région.

La France a rejoint cette semaine une longue liste de pays exhortant leurs citoyens à quitter l’Ethiopie à bord de vols commerciaux. Un mail envoyé aux ressortissants français annonce qu’un vol charter à destination de Paris partira dimanche.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s