Boris Johnson « révolté » mais à la peine face à la crise des migrants dans la Manche

Le Premier ministre britannique Boris Johnson quitte le 10 Downing Street le 24 novembre 2021 pour se rendre au Parlement

Le Premier ministre britannique Boris Johnson quitte le 10 Downing Street le 24 novembre 2021 pour se rendre au Parlement afp.com – Daniel LEAL

« Révolté », Boris Johnson a encore promis mercredi d’en faire plus pour mettre fin aux traversées de la Manche par des migrants rêvant d’Angleterre, dans un effort conjoint avec la France. Mais son gouvernement semble dépassé par un phénomène qui ne cesse d’exploser.

A l’issue d’une réunion de crise, le Premier ministre conservateur s’est dit « choqué, révolté et profondément attristé » par la mort de 27 migrants dans la Manche, assurant vouloir « faire plus » avec la France pour décourager les traversées illégales.

Cela fait plusieurs mois que la côte sud de l’Angleterre est confrontée à des arrivées records de migrants traversant la Manche, souvent par le biais de passeurs. Depuis le début de l’année, il y en a eu plus de 25.700, selon l’agence Press Association, soit trois fois plus que sur la totalité de 2020.

C’est beaucoup trop pour le chef du gouvernement, qui a promis de durcir la vis sur l’immigration et ainsi réaliser une des grandes promesses du Brexit, dont il est un ardent défenseur.

Ces traversées attisent régulièrement les tensions entre Paris et Londres, les autorités britanniques estimant insuffisants les efforts entrepris côté français pour empêcher les candidats à l’exil d’embarquer malgré le versement d’aides financières.

Les Français, qui réfutent ces accusations, rétorquent que Londres rechigne à effectivement délier les cordons de la bourse.

Lors d’un entretien téléphonique, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président français Emmanuel Macron « ont convenu de l’urgence d’intensifier leurs efforts conjoints pour empêcher ces traversées mortelles et de faire tout leur possible contre les gangs mettant des vies en danger », a indiqué un porte-parole de Downing Street.

Ils ont également souligné l’importance de travailler étroitement avec des pays voisins comme la Belgique et les Pays-Bas ainsi qu’à travers le continent européen pour « s’attaquer au problème efficacement avant que (les migrants) n’atteignent la côte française ».

Boris Johnson avait reconnu auparavant sur Sky News que les efforts n’avaient pas été « suffisants », disant avoir « eu des difficultés à persuader certains de (ses) partenaires, en particulier les Français, d’agir à la hauteur de la situation ».

Pour Natalie Elphicke, la députée conservatrice de Douvres, ville du sud-est de l’Angleterre confrontée au débarquement de migrants, cette tragédie montre que « sauver des vies en mer commence en premier lieu par arrêter les bateaux allant à l’eau ».

– « Impraticables » –

Le gouvernement britannique veut rendre « impraticables » ces traversées périlleuses dans une des voies maritimes les plus fréquentées au monde.

Il s’apprête à durcir considérablement les conditions d’octroi d’asile afin de décourager les passeurs. Un projet de loi controversé prévoit ainsi d’alourdir les sanctions, en portant à la prison à vie, contre 14 ans actuellement, la peine maximale qu’ils encourent.

« Cette catastrophe (…) montre à quel point il est vital d’intensifier nos efforts pour briser le modèle économique des gangsters qui envoient des gens en mer de cette manière », a estimé Boris Johnson.

Présentée par la ministre de l’Intérieur Priti Patel comme « juste mais ferme », dénoncée par des associations de défense des droits humains, la réforme prévoit aussi de traiter différemment les demandeurs d’asile selon qu’ils soient arrivés dans le pays légalement ou illégalement.

Mais sous forte pression, Priti Patel, à laquelle Boris Johnson a renouvelé sa confiance mercredi, se retrouve également sous le feu des critiques.

Elle est accusée de ne pas en faire assez par des députés de son propre camp conservateur, ou d’avoir « perdu le contrôle » par l’opposition travailliste.

Face aux critiques, Boris Johnson a récemment demandé à un membre de son gouvernement, Stephen Barclay, d’étudier comment les autorités peuvent empêcher plus efficacement ces traversées.

Des options plus radicales ont aussi été envisagées, selon la presse, mais se révèlent difficiles à appliquer.

Refouler les embarcations? C’est contraire au droit international.

Envoyer les demandeurs d’asile dans un pays tiers le temps que leur demande soit traitée? Un secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Kevin Foster, a admis mercredi qu’aucun pays ne s’était jusqu’ici montré désireux d’accueillir des centres de traitement au nom des Britanniques.

Le député du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont (LR, droite) a estimé sur Times Radio qu’il fallait travailler avec Londres pour permettre aux migrants d’introduire plus facilement une demande d’asile, ce qu’ils ne peuvent pas faire « s’ils n’ont pas mis pied au Royaume-Uni ».

Horrifiées par le drame, de nombreuses ONG ont plaidé pour une politique d’asile moins dure et la mise en place de routes « sûres ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s