Soudan: les zones d’ombre de l’accord entre Abdallah Hamdok et le général al-Burhan

Le général al-Burhane lors d’une conférence de presse à Paris, le 17 mai 2021. (Image d’illustration) © REUTERS/Sarah Meyssonnier/Pool/File Photo

Abdallah Hamdok est de nouveau Premier ministre au Soudan. Il a retrouvé ses fonctions, dimanche 21 novembre, à la suite d’un accord signé avec le général al-Burhan, auteur du putsch du 25 octobre. Mais le front anti-putsch rejette tout accord avec le général al-Burhan et n’entend pas baisser les bras.

Réinstallation d’Abdallah Hamdok, libération des prisonniers politiques et retour à un partage de pouvoir entre militaires et civils : c’étaient les conditions posées par la communauté internationale pour continuer à soutenir le Soudan. De ce point de vue, l’accord conclu hier permet donc au général Burhan de sortir de l’impasse dans laquelle l’avait plongé son coup d’État. Au passage, il obtient gain de cause sur la nature du futur gouvernement : il devra être composé de technocrates, comme le réclamait le général avant de mener son putsch. 

Mais cet accord n’est pas sans zones d’ombres, analyse notre correspondante régionale, Florence Morice. Il prend, certes, pour cadre de référence la déclaration constitutionnelle signée au début de la transition, mais prévoit que ce texte devra être amendé… sans plus de précisions. Un texte que le général al-Burhan a par ailleurs violé et modifié récemment, notamment pour en exclure les Forces pour la liberté et le changement.

Par ailleurs, l’accord ne précise pas la date des futures élections et ne se prononce pas non plus sur la question – centrale – du transfert de la présidence du conseil de souveraineté aux civils. Sans oublier qu’entre-temps le général a remanié ce conseil à sa guise. 

« Trahison »

Cet accord affaiblit donc considérablement Abdallah Hamdok. Après avoir brandi pendant des semaines des photos de lui et réclamé sa remise en liberté, certains manifestants déchiraient son portrait hier à Khartoum, l’accusant, avec cet accord, d’avoir « trahi le sang des Soudanais ». L’Association des professionnels soudanais, fer de lance de la contestation anti-Bachir, a dénoncé fermement « l’accord des traîtres qui n’engagent que ses signataires ». La signature d’Abdallah Hamdok ressemble, pour eux, à « un suicide politique ».

« Trahison ». Le mot est sur toutes les lèvres, rapporte notre correspondant à Khartoum, Eliott Brachet, alors que des milliers de Soudanais occupaient les rues du pays au moment de la signature de cet accord. « C’est le désespoir. On ne s’attendait pas à ça de la part de Hamdok. Avant, il a toujours été de notre côté, il portait nos revendications. Mais aujourd’hui, c’est un retour en arrière. Il s’est aligné sur l’agenda d’al-Burhan, il a laissé derrière lui les demandes de la rue. »

Aujourd’hui, la rue demande que justice soit rendue après la répression sanglante des dernières semaines. « Nous avons eu 40 martyrs. Si Burhane accepte demain d’être jugé pour ça, on n’a pas de problème à négocier avec l’armée. Mais aujourd’hui, nous rejetons complètement cet accord, car nous n’avons plus aucune confiance dans l’armée. Nous avons confiance dans la rue ici, devant vous, qui souhaite un gouvernement 100% civil. Ce n’est pas Hamdok, Burhane ou Hemetti qui la feront changer d’avis. »

Perte de crédibilité

Un manifestant a encore été tué hier dans la banlieue de Khartoum, un adolescent 16 ans. Il a succombé à une blessure par balles, selon une source médicale. Au total, la répression a causé la mort de 41 Soudanais au moins depuis le coup d’État du 25 octobre. 

Pour l’analyste Kholood Khair, du think tank soudanais Strategie Partners, c’est justement cette violence qui a motivé la décision du Premier ministre.

« L’une des raisons pourrait être l’augmentation permanente du nombre de morts à la suite des manifestations. C’est quelque chose qu’il a clairement exprimé durant son discours, il veut stopper le bain de sang. Mais dans la rue, les gens lui répondent : « Dans ce cas, pourquoi passer un accord avec les responsables de ce bain de sang ? » Tant qu’il n’aura pas répondu à cette question, on ne peut faire que des suppositions… »

« C’est bien Abdallah Hamdok qui semble être le grand perdant de cet accord, poursuit le spécialiste. Il a perdu beaucoup de crédibilité et la confiance de la rue. Il est maintenant vu comme un homme de compromis, alors qu’il était respecté et loué par les manifestants justement pour sa capacité à dire non aux militaires. Cet accord est donc vécu comme une trahison par les pro-civils. Même si le calcul d’Hamdok est sûrement d’éviter toute prolongation des violences, que ce soit vis-à-vis des manifestants ou entre le régime et les groupes armés. »

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s