Brésil: après Berlin, Lula poursuit à Paris sa précampagne électorale pour la présidentielle

L’ancien président brésilien Luiz Inaciao Lula da Silva, lors d’un discours à Sciences Po, à Paris, le 16 novembre 2021. © AFP – JULIEN DE ROSA

L’ancien président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, est en tournée européenne. Après avoir été reçu par les parlementaires européens et le très probable prochain chancelier allemand Olaf Scholz, l’icône de la gauche latino-américaine s’est arrêtée à Paris. Lula a notamment été reçu ce mercredi 17 novembre par Emmanuel Macron. La veille, il s’était dit prêt à se présenter à la présidentielle brésilienne d’octobre 2022.

Officiellement, l’ancien métallurgiste, élu deux fois président du Brésil, n’est pas encore candidat. Mais personne ne doute du fait qu’il se présentera. Les sondages le donnent largement en tête face à Jair Bolsonaro, le président d’extrême droite que Lula ne cesse d’attaquer comme s’il était déjà en campagne.

« Je suis en déplacement en Europe pour parler avec les gouvernements, les entreprises, les hommes et les femmes politiques, lance-t-il. Je leur dis que les Brésiliens sont bien mieux que ceux qui les gouvernent. Nous sommes un peuple travailleur, généreux et qui aime la démocratie. Nous ne sommes pas un peuple ignorant comme ceux qui nous gouvernent actuellement. Notre peuple souhaite garder de bonnes relations avec les Européens, c’est pour cela que je suis ici en Europe. » 

Avant de lancer officiellement sa candidature au Brésil, Lula peaufine donc son image de dirigeant de centre gauche à l’étranger. Dans son entretien avec le président Emmanuel Macron, il s’est prononcé pour une renégociation de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur, dès lors que le Brésil sera « redevenu une démocratie ». Et que fera-t-il si jamais Jair Bolsonaro est réélu ? « Je vais pleurer », lâche Lula.

À Paris, le leader de la gauche brésilienne a également rencontré mercredi après-midi le dirigeant de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, après s’être entretenu la veille avec Anne Hidalgo, maire PS de Paris et candidate à la présidentielle d’avril. Il poursuit sa tournée européenne avec une dernière étape ce jeudi 18 novembre en Espagne, pour une discussion avec le Premier ministre Pedro Sánchez. 

« Front démocratique contre l’extrême droite »

« Je pense que c’est la vision d’un leader qui revient dans la Ligue des champions des relations internationales après plusieurs années dans l’ostracisme politique du fait de ses emprisonnements, de ses condamnations et l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite au Brésil », explique Gaspard Estrada, politologue à Sciences Po, spécialiste du Brésil, au micro d’Achim Lippold, du service International de RFI.

« Tant au Brésil qu’à l’international, poursuit le politologue, l’idée de l’ancien président Lula, c’est de dialoguer, y compris avec des gens du centre droit, voire de droite, pour monter un front démocratique contre l’extrême droite au Brésil. C’est ce qu’il a déjà commencé à réaliser au Brésil en dialoguant avec l’ancien président Cardoso, avec des personnalités influentes de son parti, le parti de la sociale-démocratie brésilienne, le PSDB. Et visiblement, il est en train de faire cela également à l’international, ce qui naturellement renforce sa stature en tant que potentiel candidat à la présidence. » 

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s