Arménie : reprise des combats dans le Haut-Karabakh

Volontaires arméniens se rassemblant près de Hadrut, dans la nouvelle République auto-proclamée du Haut-Karabakh, le 29 septembre 2020.

Volontaires arméniens se rassemblant près de Hadrut, dans la nouvelle République auto-proclamée du Haut-Karabakh, le 29 septembre 2020. © AP Photo/Karen Mirzoyan

L’Arménie affirme avoir essuyé des pertes humaines dans des combats  qui ont repris ce 16 novembre contre l’Azerbaïdjan. Cette escalade des violences fait craindre une reprise de la guerre qui a opposé ces deux pays rivaux du Caucase en septembre 2020.

Le ministère arménien de la Défense est formel. « Une attaque des forces azerbaïdjanaises contre les positions des forces arméniennes a fait des morts et des blessés côté arménien », a assuré le ministère qui fait également état de la perte du contrôle de « deux positions militaires ». Les affrontements ont lieu près de la région disputée du Haut-Karabakh. 

L’Arménie affirme aussi avoir infligé d' »importantes pertes » humaines aux forces azerbaïdjanaises. « Les combats se poursuivent, leur intensité n’a pas baissé ».

De son côté, l’Azerbaïdjan, via son ministère de la Défense, a déclaré que les soldats arméniens quittaient leurs positions, « pris de panique ». « Les militaires azerbaïdjanais ont repoussé une contre-attaque des forces arméniennes (…). Les soldats arméniens, effrayés et confus, quittent leur positions ».

Le président du Conseil européen Charles Michel vient d’appeler ce 16 novembre les responsables arménien et azerbaïdjanais à une « désescalade urgente » et un « cessez-le feu total ». 

Le président de l’instance représentant les Vingt-Sept s’est entretenu avec le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et le président azerbaïdjanais Ilham Aliev. Il a déclaré dans un tweet que l’UE travaillait avec ces deux pays partenaires à « surmonter les tensions » en vue d’un « Caucase du Sud prospère et stable ».

Les tensions n’ont cessé de se renforcer ces dernières semaines entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan -toutes deux anciennes républiques soviétiques-, qui s’étaient déjà mutuellement accusés de tirs à la frontière le 14 novembre dernier. Et ce malgré la signature d’un accord de cessez-le-feu et le déploiement de soldats de maintien de la paix russes après les affrontements de 2020.

Voir aussi : Haut-Karabakh : un an après, les séquelles du conflit

À l’automne 2020, l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’étaient livrés une courte guerre, qui avait fait plus de 6.500 morts, pour l’enclave du Haut-Karabakh déjà objet d’un premier conflit sanglant dans les années 1990. Ces combats s’étaient soldés par une lourde défaite de l’Arménie, contrainte de céder plusieurs régions formant un glacis autour de l’enclave séparatiste.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s