La guerre en Ethiopie, menace pour toute l’Afrique de l’Est

Le président du Kenya Uhuru Kenyatta (G) et le Premier ministre d'Ethiopie Abiy Ahmed à Addis Ababa, le 8 juin 2021

Le président du Kenya Uhuru Kenyatta (G) et le Premier ministre d’Ethiopie Abiy Ahmed à Addis Ababa, le 8 juin 2021 afp.com – EDUARDO SOTERAS

Avec des milliers de morts, deux millions de déplacés et les craintes d’une marche rebelle sur Addis Abeba, la guerre en Ethiopie fait planer la menace d’une déstabilisation à grande échelle, avec des répercussions potentielles sur toute l’Afrique de l’Est.

La situation inquiète les pays voisins de l’Ethiopie et la communauté internationale, qui s’emploient tous à mettre fin au conflit opposant depuis un an les forces gouvernementales aux rebelles de la région septentrionale du Tigré.

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a averti vendredi que l’échec à organiser des discussions « conduirait à l’implosion de l’Ethiopie et se répercuterait sur d’autres pays de la région ».

M. Blinken est attendu mardi au Kenya, l’un des nombreux voisins de l’Ethiopie, inquiet d’un afflux de réfugiés causé par la guerre.

Des dizaines de milliers de personnes ont déjà fui vers l’ouest, au Soudan, mettant à rude épreuve les relations entre les deux nations, déjà envenimées notamment par le projet éthiopien de Grand barrage de la Renaissance (GERD) sur le Nil.

En août, Khartoum a rappelé son ambassadeur en Ethiopie après le rejet par le gouvernement d’Abiy Ahmed d’une proposition de médiation soudanaise.

Frontalier de l’Ethiopie au sud, le Kenya a annoncé ce mois-ci qu’il renforçait la sécurité le long de la frontière. La police a demandé aux habitants de signaler toute immigration clandestine.

Le nord du Kenya accueille déjà depuis des décennies des camps de réfugiés, essentiellement somaliens, parmi les plus peuplés au monde, qui abritent un total de plus de 400.000 personnes.

– Craintes à Djibouti –

Le président kényan Uhuru Kenyatta, très impliqué dans les efforts de médiation régionale et qui s’est rendu en Ethiopie dimanche, a exhorté début novembre les belligérants à déposer les armes.

Mais « personne ne peut le faire à leur place. Aucune intervention ni persuasion ne fonctionnera s’ils n’ont pas eux-mêmes la volonté politique de mettre fin à cette crise », a-t-il estimé.

La guerre a débuté en novembre 2020 quand Abiy Ahmed a envoyé l’armée destituer les autorités régionales issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui contestaient son autorité et qu’il accusait d’avoir attaqué des bases militaires. Les forces éthiopiennes ont reçu l’appui de troupes de l’Erythrée voisine.

Abiy Ahmed a déclaré la victoire le 28 novembre, mais les combattants du TPLF ont repris en juin l’essentiel du Tigré, puis avancé dans les régions voisines de l’Afar et de l’Amhara.

Alliés à un groupe armé de l’ethnie oromo (l’OLA), ils ont revendiqué depuis fin octobre des gains territoriaux stratégiques dans ces deux régions, sans exclure de marcher sur la capitale Addis Abeba.

Frontalier de l’Ethiopie à l’est, Djibouti surveille de près l’évolution du conflit, notamment après des affrontements meurtriers survenus en août et qualifiés de « communautaires » par les autorités de ce pays majoritairement peuplé d’Issa et d’Afar. Le territoire des Afars chevauche Djibouti, l’Ethiopie et l’Erythrée.

Le Premier ministre djiboutien Abdoulkader Mohamed Kamil s’est rendu début novembre dans la zone afar de son pays pour y rencontrer les habitants et désamorcer tout mécontentement qui pourrait conduire à de nouvelles violences.

– « Effet domino » –

L’Union africaine (UA), dont le siège se trouve à Addis Abeba, a redoublé d’efforts pour mettre fin aux combats, par l’intermédiaire de son émissaire pour la Corne de l’Afrique, l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo.

Ce conflit menace toute la région car il « affecte la capacité des organisations régionales à se concentrer sur d’autres domaines importants, comme la sécurité », explique à l’AFP Hassan Khannenje, directeur de l’Institut international d’études stratégiques de la Corne, centre de réflexion basé à Nairobi.

« Il y a très peu d’attention sur la menace posée par les organisations terroristes, telles que les shebab (islamistes radicaux somaliens, ndlr), et cela a permis un certain recrutement et une radicalisation depuis le Congo jusqu’à Cabo Delgado », dans le nord du Mozambique, estime-t-il.

Selon lui, la décision de l’Ethiopie de retirer certaines unités de maintien de la paix en Somalie pour les affecter sur le conflit au Tigré renforce notamment les risques sécuritaires dans le pays le plus instable de la Corne de l’Afrique.

Fin octobre, l’Ouganda, frontalier de la République démocratique du Congo, a été le théâtre d’attaques à la bombe revendiquées par le groupe Etat islamique en Afrique centrale (Iscap).

Si les rebelles parvenaient à faire chuter Abiy Ahmed, les implications à long terme pourraient être encore plus dangereuses, ajoute-t-il, mettant en garde contre « un effet domino » qui pourrait voir d’autres groupes tenter de renverser des gouvernements de la région.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s