Crise migratoire en Biélorussie : Angela Merkel demande à Vladimir Poutine d’intervenir

Angela Merkel et Vladimir Poutine se sont rencontrés à Rio de Janeiro.
AFP (Archives)

Alors que la Pologne pointe la responsabilité russe dans la crise migratoire en cours à sa frontière avec la Biélorussie, la chancelière allemande Angela Merkel a demandé mercredi au président Vladimir Poutine « d’agir » contre « l’instrumentalisation » des migrants par le régime d’Alexandre Loukachenko. De son côté, l’UE prépare des sanctions contre la Biélorussie.

La chancelière allemande Angela Merkel a demandé au président russe Vladimir Poutine « d’agir » contre « l’instrumentalisation » des migrants par la Biélorussie, a indiqué, mercredi 10 novembre, son porte-parole Steffen Seibert.

Lors d’un entretien téléphonique, la chancelière sortante a jugé « inacceptable et inhumaine (…) l’instrumentalisation des migrants » à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie où des milliers d’entre eux sont pris au piège, selon un tweet du porte-parole.

Au cours de l’entretien, à l’initiative de « la partie allemande », « des inquiétudes ont été exprimées sur les conséquences humanitaires » de cette crise migratoire, a précisé de son côté le Kremlin dans un communiqué.

Le président Poutine a « proposé que des discussions (…) soient arrangées directement entre les membres de l’UE et Minsk », a-t-il ajouté.

Environ 3 000 et 4 000 migrants, principalement des Kurdes du Moyen-Orient, sont massés depuis plusieurs jours dans une zone boisée à la frontière orientale de l’Union européenne, sous des températures glaciales et face à un important dispositif polonais destiné à les stopper.

Mardi, le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a carrément désigné le président russe comme le « commanditaire », selon lui, de la vague de migrants. Le Kremlin a jugé mercredi « inacceptable » d’être considéré comme responsable de cette situation.

L’UE envisage des sanctions contre Minsk

Les Européens accusent depuis des mois le président biélorusse Alexandre Loukachenko de nourrir la crise en délivrant des visas à des migrants afin de se venger des sanctions européennes prises à l’encontre de son pays pour sa répression de l’opposition depuis la présidentielle de 2020.

Les ambassadeurs des Vingt-Sept auprès de l’Union européenne sont convenus mercredi que l’attitude de la Biélorussie consistant à encourager des migrants à tenter d’entrer en Pologne pouvait donc être considérée comme une « attaque hybride » susceptible de servir de base légale à de nouvelles sanctions, a-t-on appris auprès de diplomates.

Un ensemble de sanctions devrait désormais être discuté jeudi au niveau technique avant une éventuelle adoption lundi par les ministres des Affaires étrangères de l’UE lors de leur réunion prévue à Bruxelles.

Interpellation de dizaines de migrants

De son côté, sur le terrain, la Pologne a annoncé mercredi avoir interpellé plus d’une cinquantaine de migrants et signalé une hausse des tentatives de traverser la frontière, non sans affirmer que certaines avaient réussi, sans en préciser le nombre.

Tomasz Krupa, porte-parole de la police régionale à Podlaskie, à la frontière avec la Biélorussie, a indiqué à l’AFP que plus de 50 migrants ayant franchi la frontière avaient été interpellés et que d’autres étaient recherchés.

Toujours à Podlaskie, la porte-parole des gardes-frontières, Katarzyna Zdanowicz, a déclaré que trois personnes – un Russe, un Lituanien et un Suédois – avaient été interpellées pour avoir contribué à « l’organisation de traversées illégales », précisant qu’ils risquent huit ans de prison.

« La situation n’est pas calme », a déclaré à la radio le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak. Si lundi il s’agissait d’un important groupe tentant de passer, il a indiqué que désormais de nombreux groupes plus petits « attaquent simultanément la frontière polonaise à plusieurs endroits ».

Il a précisé que « quelque 15 000 soldats » protègent les frontières polonaises.

Mariusz Blaszczak a assuré que la Biélorussie intimidait les migrants pour les forcer à traverser la frontière et a tweeté deux courtes vidéos affirmant qu’elles montrent un coup de feu tiré par un homme en uniforme, côté biélorusse.

Le chef de la diplomatie biélorusse, Vladimir Makeï, a rétorqué que l’UE avait déclenché cette crise comme « prétexte » pour imposer de nouvelles sanctions contre Minsk, appelant à une « réaction commune » avec la Russie, lors d’une visite à Moscou mercredi.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a abondé en affirmant que Minsk et Moscou avaient renforcé « efficacement leur collaboration pour contrer une campagne contre la Biélorussie déclenchée par Washington et ses alliés européens au sein d’organisations internationales ».

Dans un communiqué, le service biélorusse des gardes-frontières a enfin accusé les soldats polonais de « violence physique et de l’utilisation de gaz » envers les migrants, ainsi que de « tirer au-dessus de leur tête ».

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s