RDC: incursion rebelle dans la ville de Bukavu, selon l’armée

Des soldats congolais en patrouille dans un village du nord-est de la RD Congo, le 23 mai 2021

Des soldats congolais en patrouille dans un village du nord-est de la RD Congo, le 23 mai 2021 afp.com – ALEXIS HUGUET

Des hommes armés ont fait une incursion dans la nuit de mardi à mercredi dans la ville de Bukavu, dans l’est de la RD Congo, où des tirs d’armes légères et lourdes ont été entendus jusqu’au matin, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon le commandant de la région militaire, ils voulaient libérer des membres de leur groupe arrêtés il y a quelques jours par la police.

Divers groupes armés sévissent depuis plus de 25 ans dans la province du Sud-Kivu, frontalière du Rwanda et du Burundi, mais son chef-lieu Bukavu n’avait pas connu une telle attaque en pleine ville depuis des années.

Les habitants sont restés pour la plupart calfeutrés chez eux mercredi matin, après avoir été tenus éveillés par des tirs dans plusieurs quartiers à partir de 01H40 (00H40 GMT).

Le gouverneur du Sud-Kivu, Theo Ngwabidje Kasi, a assuré en fin de nuit que la situation était « totalement sous contrôle », alors que des détonations étaient encore entendues à la périphérie sud de la ville.

Le calme semblait revenu en milieu de matinée.

Le général Bob Kilubi Ngoy, commandant de la 33e région militaire, a attribué ces troubles à des hommes d’un groupe rebelle, inconnu à ce jour, dénommé « CPC64 ».

« Ils sont arrivés vers 01H40 » (00H40 GMT) dans le quartier industriel, « ils tiraient et chantaient pour dire qu’ils voulaient libérer le pays (…) », a-t-il indiqué.

Selon lui, ils ont tenté d’attaquer un camp militaire pour y dérober des munitions mais ont été repoussés. Ils ont aussi tenté de se rendre au centre-ville mais ont également été bloqués.

« Ils voulaient à tout prix libérer ceux des leurs qui ont été arrêtés par la police », a déclaré le général Kilubi en fin de nuit. Ces hommes arrêtés il y a quelques jours sont détenus au commissariat central de la ville.

« Il faisait nuit, nous avons préféré les contenir pour éviter trop de casse », a-t-il ajouté, expliquant que le projet de l’armée était de « les prendre en tenaille » à la levée du jour.

Aucun bilan de ces troubles n’était disponible en milieu de matinée.

« Nous demandons à la population de continuer à dénoncer tout cas suspect aux services de sécurité car ces gens peuvent être encore dans nos murs », a de son côté demandé tôt mercredi matin le « bureau urbain de la société civile » de Bukavu dans un communiqué signé de son président Jackson Kalimba.

« Le bureau urbain suggère aux autorités de transférer d’urgence dans d’autres provinces tous les criminels qui sont dans la prison centrale de Bukavu », a-t-il également demandé.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s