Centrafrique: 63% de la population aura besoin d’assistance humanitaire en 2022, selon l’Ocha

Des personnes déplacées ayant fui Bangassou patientent avant de recevoir une distribution de nourriture dans le village-refuge de Siwa, en Centrafrique, le 13 février 2021. AP – Adrienne Surprenant

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a publié, mercredi 27 octobre, son aperçu des besoins humanitaires en Centrafrique. Personnes déplacées, besoins alimentaires et de santé…

L’organisation estime que plus de la moitié de la population aura besoin d’une assistance humanitaire en 2022, et que plus de 2 millions de personnes auront un « besoin aigu » d’assistance. Une dégradation en grande partie liée au contexte économique après deux années difficiles. Les deux raisons principales : le Covid-19 et la « résurgence des violences armées et du conflit » depuis la fin 2020.

Fermeture de la principale voie d’approvisionnement, chute de la production agricole (-40% par rapport à 2020), baisse des flux commerciaux et de la production globale… Tous ces facteurs ont conduit à des pressions inflationnistes et à une chute du pouvoir d’achat des ménages en Centrafrique. En 2021, il devrait être semblable à celui de 2019, « soit une perte de deux années de croissance du revenu par habitant »,note le rapport de l’OCHA.

Les emplois précaires sont impactés. En une année, la proportion de personnes gagnant moins de 30 000 FCFA par mois – 45 euros environ – a augmenté de 30%, et ce alors que le coût médian du panier minimum des articles de survie a lui augmenté de 20% sur la première moitié de l’année 2021. Il est estimé à 70 000 FCFA, soit deux fois plus que ce gagne la majorité des Centrafricains.

Conséquence : selon les projections de la Banque mondiale, environ 70% de la population devrait vivre dans l’extrême pauvreté l’année prochaine. L’OCHA alerte : « À moyen terme, le chômage et la perte de revenus risquent d’augmenter la probabilité que les populations rejoignent les groupes armés ou s’adonnent à des activités illégales, à défaut d’autres perspectives disponibles. »

L’année dernière, les besoins pour le plan de réponse humanitaire étaient évalués à 553 millions de dollars et n’avaient été financés qu’à hauteur de 66%.

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s