L’ONU accuse le groupe paramilitaire russe Wagner de «harcèlement» de civils en Centrafrique

Un membre de l’unité de protection rapprochée du président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, composée d’agents de l’entreprise de sécurité privée russe Sewa Security, est vu à Berengo le 4 août 2018.

Dans un communiqué publié ce mercredi, le groupe d’experts des Nations unies sur les mercenaires alerte une nouvelle fois sur la situation en Centrafrique. Alors que la présence de paramilitaires russes dans le pays, fait l’objet de tensions diplomatiques importantes, le groupe d’experts se dit « extrêmement préoccupé ». Il souligne que Wagner « harcèle et intimide » des civils. Il appelle les autorités à mettre un terme à toutes relations avec le personnel de sécurité privée.

Des civils, des membres du personnel du maintien de la paix, des journalistes, des travailleurs humanitaires, des membres des minorités… Le groupe d’experts dresse la liste des personnes « violemment harcelées et intimidées » par « lesdits instructeurs russes ». Le groupe assure avoir reçu des informations de cas de viols et violences sexuelles. « Les victimes n’ont souvent aucun accès à la justice », souligne-t-il encore.

Les experts précisent aussi avoir reçu des informations selon lesquelles des membres du groupe Wagner aurait commis des viols et des violences sexuelles dans de « nombreuses régions du pays ». Ils précisent ne pas être en mesure d’évaluer le nombre de victimes car, disent-ils, « les survivants sont terrifiés à l’idée de saisir la justice par crainte de représailles ».

Le groupe d’experts appelle le gouvernement « à mettre fin à toutes relations avec le personnel militaire et de sécurité privée, en particulier le groupe Wagner ». « Nous exhortons les autorités à se conformer aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international » parmi lesquelles : demander des comptes à tous les auteurs de graves violations et garantir un accès sans entrave à la justice.

Suite aux différents rapports et témoignages publiés, le président Touadéra a constitué une commission d’enquête spéciale. La synthèse de ce rapport présenté par le ministre de la Justice reconnait que « sur les incidents avérés, certains sont imputables aux instructeurs russes ». Le procureur général a été saisi pour approfondir les enquêtes.

Ce groupe d’experts onusiens alertaient dès le 31 mars sur une longue série de violations graves des droits de l’hommes.

Le ministre français Jean-Yves Le Drian a à plusieurs reprises dénoncé la présence de Wagner en Centrafrique. Suite aux dernières déclaration du ministre français, une passe d’arme entre les deux capitales par voie de presse. Dans une interview sur notre antenne, le président Touadéra a assuré s’être adressé aux autorités russes : « J’ai dû faire appel à tous les moyens possibles pour garantir la sécurité des citoyens centrafricains. »

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s