RDC: la nouvelle équipe de la Céni a prêté serment

Le siège de la Céni, la Commission électorale, à Kinshasa, en RDC, le 9 janvier 2019. REUTERS/Baz Ratner

Témoins de l’événement à la Cour constitutionnelle, les présidents des deux chambres du Parlement ainsi que le Premier ministre et quelques diplomates. 

« Respect de la Constitution et des lois de la République. Garder les secrets des délibérations et du vote même après la cessation de mes fonctions à la Céni. » Voilà l’essentiel des mots prononcés par Denis Kadima, le nouveau président de la Céni, des mots répétés tour à tour par tous les autres membres de la nouvelle équipe investie par le président Félix-Antoine Tshisekedi.

Ils ont prêté serment devant la Cour constitutionnelle réunie, avec à sa  tête Kaluba Dibwe Dieudonné, le président de cette institution, ainsi que devant Jean-Paul Mukola Nkokesha, procureur général de la République. La cérémonie a eu lieu en présence de Corneille Nangaa, le président sortant de la Céni qui, la veille, a fait ses adieux à ses anciens collègues et collaborateurs.

L’étroitesse de la salle d’audience n’a pas permis de recevoir un grand monde, mais cela n’a pas empêché des partisans de l’Union sacrée de se rassembler devant le bâtiment de la Cour constitutionnelle.

Retransmise en direct à la radio et à la télévision publique, la prestation de serment a été suivie dans l’ensemble du pays et même à l’étranger par la diaspora. 

« Rechercher l’adhésion »

Après les nombreuses réactions politiques internes à la RDC, c’est la communauté internationale qui s’est à son exprimée dans une déclaration conjointe mardi.

Dix-sept pays et l’Union européenne ont pris position commune. Ils notent « à regret » que les parties prenantes ne sont pas parvenues à un consensus. Consensus qui « constitue un élément important pour renforcer la confiance à l’égard du processus électoral » à venir. 

La communauté internationale appelle dès lors les autorités à « rechercher l’adhésion » et « la confiance » de tous les acteurs concernés notamment les partis politiques et la société civile. 

Dans ce communiqué, la communauté internationale souligne les étapes qu’elle qualifie de « cruciales ». Parmi elles : la révision de la loi électorale, le lancement effectif du processus d’identification et d’enrôlement des électeurs, l’établissement d’un budget idoine et d’un calendrier électoral respectant les échéances constitutionnelles. 

Dans cette déclaration, les pays partenaires disent encourager la Céni à renforcer sa redevabilité. Ils appellent aussi les parties prenantes à se concerter. Tout ceci en vue d’un objectif : assurer la crédibilité et le bon déroulement des futures élections, qu’ils souhaitent transparentes, libres, inclusives dans les délais prévus par la Constitution.

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s