Le marathon de Paris est de retour après deux ans et demi d’absence

REGIS DUVIGNAU VIA REUTERS Lors du marathon de Paris, le 14 avril 2019.

Trente mois après sa dernière édition en avril 2019, le marathon de Paris fait son retour ce dimanche 17 octobre pour le plus grand bonheur des amateurs, qui courront au côté d’un plateau de professionnels privé de stars.

Comme toutes les grandes courses sur route dans le monde, le marathon de Paris a subi directement les conséquences de la crise sanitaire avec deux reports et une annulation en 2020, puis une date fixée à l’automne plutôt qu’au printemps en 2021.

Deux ans et demi après le rocambolesque record de France de Clémence Calvin, jamais ratifié à cause de sa condamnation par les instances antidopage, les 42,195 km de la capitale s’offrent de nouveau aux coureurs, avec pour seules nouvelles contraintes la présentation du pass sanitaire et le port du masque dans la zone de départ. 

L’organisation attend entre 30.000 et 35.000 amateurs au départ, des chiffres en baisse par rapport aux éditions précédentes (environ 49.000 partants en 2019).

Les athlètes élite s’élanceront à 8h54 (femmes) et à 9h10 (hommes), sans aucun des grands noms actuels de la course sur route pour faire figure de favori, et sans les tenants du titre éthiopiens Abrha Milaw et Gelete Burka.

Peu de stars présentes

Déjà peu pourvu en stars depuis plusieurs années, la course parisienne fait face en 2021 à un embouteillage d’épreuves et ne fait pas le poids à l’international contre les marathons de Berlin, Londres, Chicago, Boston ou encore New York, tous disputés cet automne.

Les Kényans Nicholas Kirwa et Joel Kimurer, rapides à Milan en mai (2h05:01 et 2h05.19) se démarquent parmi les prétendants à la victoire. Chez les femmes, l’Éthiopienne Sifan Milaku et la Kényane Antonina Kwambai font face à la glorieuse ancienne Priscah Jeptoo (37 ans), vice-championne olympique en 2012 et vainqueure à Paris en 2011.

Les Français sont menés par Hassan Chahdi, 45e aux Jeux olympiques le 8 août à Sapporo. “Paris n’est pas vraiment un objectif après les Jeux, je ne suis pas prêt pour un gros chrono. Je vais essayer de me faire plaisir et surtout, ça fait du bien de retrouver ce marathon où j’ai de bons souvenirs, de recourir à Paris plus de deux ans après”, a-t-il expliqué à l’AFP.

Florian Carvalho, Yohan Durand et le débutant Abderrazak Charik viseront eux un chrono sous les 2h10.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s