Drogues: à Strasbourg, la salle de consommation à moindre risque est plébiscitée

Un consommateur montre la drogue qu'il va consommer à un employé avant d'entrer dans une salle de consommation à moindre risque à Strasbourg, le 6 octobre 2021
Un consommateur montre la drogue qu’il va consommer à un employé avant d’entrer dans une salle de consommation à moindre risque à Strasbourg, le 6 octobre 2021 afp.com – PATRICK HERTZOG

Le dispositif fait l’unanimité: à Strasbourg, la salle de consommation à moindre risque (SCMR) est saluée par les riverains comme par les autorités et les associations, qui espèrent voir cette expérimentation amplifiée et pérennisée, malgré les difficultés rencontrées à Paris.

A 46 ans, Christophe se rend quotidiennement dans cette salle, baptisée Argos, tenue par l’association Ithaque. Sous sa casquette beige, ce toxicomane vient fumer de la cocaïne. « J’étais à un gramme et demi par jour, je suis passé à un gramme, je réduis progressivement », se félicite-t-il.

Avant de fréquenter les lieux, Christophe se droguait « dans les parkings ». « On faisait vite, pour pas que les gens nous voient. On prenait plus de risques, c’était très sale ».

Depuis qu’il a découvert Argos, il a modifié ses habitudes: « Je prenais de l’héroïne aussi, mais j’ai arrêté avec la méthadone », un médicament de substitution. Et pour préparer sa cocaïne, il a remplacé l’ammoniaque par du bicarbonate, beaucoup moins nocif.

« Je vais mieux, j’ai envie de m’en sortir, pour moi et ma famille », assure celui qui est « 17 fois tonton ».

En plus du matériel stérile, l’association propose également des consultations auprès d’infirmiers ou de médecins.

Mais avant même d’évoquer les objectifs de réduction des risques, d’accès aux droits (sécurité sociale ou minima sociaux par exemple) et d’accès aux soins, les responsables insistent sur l’importance de nouer un contact avec un public en grande précarité, souvent très isolé.

« A l’ouverture de la salle, alors qu’on avait déjà 25 ans d’expérience dans l’accompagnement, on a rencontré plein de personnes qu’on ne connaissait pas », souligne Nicolas Ducournau, le coordinateur de la SCMR.

– « Pas de nuisance » –

Une fois le contact établi, un parcours de soin peut être envisagé, si l’usager est volontaire. Et alors que la question du sevrage lui est régulièrement posée, Nicolas Ducournau rappelle que ce n’est pas exactement l’objectif: la salle de consommation n’est souvent que le premier « maillon d’une longue chaîne », qui comprend également les Caarud (Centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques) et les Csapa (Centres de soin, d’accompagnement et de prévention en addictologie).

A Strasbourg, 1.300 personnes ont poussé au moins une fois la porte d’Argos depuis 2016, avec en moyenne une cinquantaine d’usagers quotidiens. Mais la salle ne semble pas perturber la quiétude du quartier. Dans le parc de l’autre côté de la route, les jeux pour enfants font le plein.

« Il n’y a jamais eu un mec assez fou pour mettre un point de deal ici, c’est trop familial », s’amuse Sébastien Larcher, 49 ans et père de trois enfants. « C’est très agréable. En été, on vient pique-niquer jusqu’à très tard ».

Même observation auprès des établissements scolaires, à moins de 500 mètres. « Nous n’avons eu aucun incident », affirme Christophe Studeny, le proviseur du lycée Pasteur. « Ce n’est pas un sujet de préoccupation ». Quant à la principale du collège, arrivée à l’été, elle ignorait l’existence du dispositif. « Personne ne m’en a parlé. C’est dire à quel point il n’y a pas de nuisance ».

– « Stabiliser ce modèle » –

Les autorités partagent cette satisfaction. « Nous n’avons pas eu de problèmes de tranquillité ou de délinquance », assure la commandante de police chargée du dossier. « C’est surtout lié à l’implantation: le lieu a été extrêmement bien choisi ».

La salle se trouve dans l’enceinte du CHRU de Strasbourg, mais dispose d’une entrée spécifique, à l’écart, donnant sur un quai ouvert à la circulation, et sans habitation à proximité immédiate.

Signe de cette insertion réussie, le conseil municipal a récemment accordé de nouvelles subventions, votées à l’unanimité, alors qu’en 2016, plusieurs conseillers s’étaient opposés à l’aménagement du site.

« Le bilan est très positif, en termes d’accès aux soins comme de sécurité » avance Alexandre Feltz, adjoint à la maire et addictologue. « On attend du gouvernement de pouvoir stabiliser ce modèle, parce que l’expérimentation finit fin 2022 ».

En juin, le cabinet d’Olivier Véran avait expliqué vouloir « pérenniser » dans le droit commun ces dispositifs. Mais depuis, le dossier ultra-sensible des consommateurs de crack à Paris a changé la donne, a fortiori dans un contexte pré-électoral.

Le gouvernement souhaite désormais poursuivre l’expérimentation jusqu’en 2025. Le sujet sera débattu en octobre au parlement.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s