A Ouagadougou, le « désenchantement » des étudiants quatre ans après le discours de Macron

Le président français Emmanuel Macron (G) s'exprime devant son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kabore (D), à l'université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017

Le président français Emmanuel Macron (G) s’exprime devant son homologue burkinabè Roch Marc Christian Kabore (D), à l’université de Ouagadougou, le 28 novembre 2017 afp.com – ludovic MARIN
 

Quatre ans après un discours d’Emmanuel Macron à l’université de Ouagadougou, promettant une rupture dans la politique française en Afrique, l’heure est au désenchantement sur le campus de la capitale du Burkina Faso.

Avant un sommet vendredi à Montpellier (sud de la France) visant à « réinventer la relation » entre l’Afrique et la France, la politique africaine du quinquennat Macron est loin de faire l’unanimité aujourd’hui.

« C’est le désenchantement ! Quatre ans après les promesses en grande pompe, très peu ont été suivies d’actes », lance Lassina Kambou, un étudiant de 23 ans.

Le 28 novembre 2017, devant quelque 800 étudiants de l’université Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou, le président français élu depuis quelques mois avait esquissé une nouvelle relation avec le continent, où la France serait moins en première ligne, en rupture avec les pratiques opaques de la « Françafrique ».

« On ne peut pas dire qu’il y a eu du changement sous le soleil franco-africain. Les Africains peinent à se défaire du lourd héritage de la colonisation », tranche d’un ton sec Adama Zongo, enseignant-chercheur.

« Les promesses de rupture se sont véritablement heurtées à la +realpolitik+ sur fond d’intérêt économique entre l’ancienne métropole et ses ex-colonies », analyse-t-il.

– « Ingérence » –

L’intervention militaire française aux côtés des armées des pays du Sahel pour lutter contre les jihadistes dans la région est la cible de critiques croissantes et parfois perçue comme du « néocolonialisme » en Afrique de l’Ouest.

La rapidité avec laquelle Emmanuel Macron s’était rendu au Tchad pour adouber Mahamat Idriss Déby, propulsé en avril à la tête du pays après la mort de son père, avait également rappelé certains vieux réflexes.

« A Ouagadougou, Macron avait choisi d’incarner la rupture. Quatre ans après, ce discours est resté, pour ses grandes lignes, à l’état d’annonce. La volonté affichée du président Macron n’a pas résisté à la réalité de la fonction présidentielle », insiste Lianhoué Imhotep Bayala, doctorant et membre du Balai citoyen, un mouvement de la société civile en pointe lors de l’insurrection populaire de 2014.

« L’ingérence de la France sur le continent est permanente et se traduit par des voyages récurrents des ministres Florence Parly, de Jean-Yves Le Drian. Quand la France vient donner des leçons de conduite d’Etat à un autre Etat, c’est la caractéristique la plus évidente de l’insistance du maintien des liens coloniaux », souligne-t-il qualifiant de « grosse farce de marketing politique » l’annonce de la fin de la Françafrique.

– « Statu quo » –

L’annonce de la réduction des troupes françaises au Sahel pour les articuler dans un groupement de forces spéciales de plusieurs pays européens ne convainc pas davantage au sein de l’université burkinabè.

« Avec la situation actuelle au Sahel, tout ce qui reste ce sont des tentatives ou des annonces de retrait de troupes françaises. C’est toujours le statu quo », souligne M. Bayala, un brin dépité, tandis que ses camarades s’éloignent, se refusant à commenter le discours de 2017 qualifié de « poudre aux yeux ».

La situation sécuritaire du Burkina Faso ne cesse de se dégrader depuis plusieurs années, le pays étant devenu une des cibles principales au Sahel des groupes armés terroristes qui multiplient les attaques meurtrières.

Mais certains, comme Ali Traoré, étudiant en Lettres modernes, préfèrent retenir la construction à Ouagadougou d’un centre de soutien à la recherche, l’entrepreneuriat et l’innovation, une promesse du président Macron ou les premières restitutions d’oeuvres d’art au Bénin, pillées lors des guerres coloniales.

« Cette promesse peine à être tenue mais il faut qu’elle le soit si la France veut être irréprochable et continuer à donner des leçons de morale », estime Lianhoué Bayala.

A Ouagadougou, on salue également la levée du secret-défense sur des documents relatifs à l’assassinat du père de la révolution burkinabè Thomas Sankara, en 1987, dont Emmanuel Macron avait promis la remise aux autorités burkinabè.

Le procès de l’assassinat de Thomas Sankara débutera le 11 octobre, devant le tribunal militaire de Ouagadougou, avec 13 personnes sur les bancs des accusés.

 

 

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s