Décès Tapie: le monde politique rend hommage à un « combattant aux mille vies »

Bernard Tapie à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le 1er juillet 2013
Bernard Tapie à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le 1er juillet 2013 Fred DUFOUR POOL/AFP/Archives

Le monde politique, Emmanuel Macron en tête, a rendu hommage dimanche à Bernard Tapie après le décès, à l’âge de 78 ans, de ce « combattant » aux « mille vies » qui a « inspiré des générations de Français ».

« Le Président de la République et son épouse sont touchés par le décès de Bernard Tapie, dont l’ambition, l’énergie et l’enthousiasme furent une source d’inspiration pour des générations de Français », a indiqué dans un communiqué l’Elysée, rendant hommage à cet homme aux « mille vies ».

« Cet homme qui avait une combativité à déplacer les montagnes et à décrocher la lune ne déposait jamais les armes, et livra bataille contre le cancer jusqu’à ses derniers instants », ajoute le texte, venant s’ajouter au torrent de réactions dans toute la classe politique.

Même son adversaire en 1989 d’un débat télévisé sur l’immigration resté dans les annales, l’ex-président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a rendu hommage au « caractère exceptionnel de sa personnalité ».

A l’université de rentrée du parti présidentiel LREM à Avignon, le Premier ministre Jean Castex a salué un « combattant » et un « homme très engagé », notamment « contre l’extrême droite » qui aura « lutté pied à pied contre la maladie ».

« Merci Bernard, tu es énorme, tu es hors-norme. A bientôt mon frère », a réagi, dans un message transmis à l’AFP, Jean-Louis Borloo, ex-ministre et avocat historique de Bernard Tapie et son ami depuis 45 ans.

L’ancien président Nicolas Sarkozy a estimé, comme beaucoup, que l’ex-ministre de la Ville « aura donné à chacun une leçon de courage et de dignité » face à sa « cruelle maladie ».

– « Une énergie comme un soleil » –

« Un véritable phoenix », a résumé le maire de Nice, Christian Estrosi, « bouleversé par la disparition de (s)on ami ».

Louant un « homme à la faconde légendaire, et la voix de stentor, gouailleur mais tellement vrai », Jack Lang, qui l’a côtoyé dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy au début des années 1990, retient la « générosité même » de ce « combattant permanent, inflexible, et intransigeant face au Front national ».

« C’est une figure qui a incroyablement marqué la société française, avec à la fois ses côtés discutés, polémiques, et en même temps cette espèce d’énergie comme un soleil », a réagi le président du MoDem, François Bayrou.

La plupart des candidats à la présidentielle ont également insisté sur le parcours exceptionnellement riche de « Nanard ».

« Bernard Tapie a vécu mille vies. Amoureux du football, engagé pour Marseille, meneur d’hommes, self-made-man, je garde de lui l’image d’un combattant acharné », a réagi l’ex-LR Xavier Bertrand.

« Adieu Bernard. Une audace, un panache, des combats. Et toujours ce sourire et cette énergie qui emportaient tout sur leur passage », a abondé sa rivale à droite, Valérie Pécresse.

A gauche, la socialiste Anne Hidalgo a relevé l' »incroyable vie que celle de Bernard Tapie », faite de « courage », d' »audace », de « passion » et d' »excès ».

Le candidat communiste Fabien Roussel a salué, « son énergie inouïe » et Arnaud Montebourg a rendu hommage à « un homme comme on les aime parce qu’il n’avait jamais peur. Il était de toutes les audaces, à la Française ! »

Les démêlées avec la justice de Bernard Tapie ont parfois été évoqués. Y compris dans le communiqué de l’Elysée qui, en retraçant le « destin hors du commun » du « hâbleur, charismatique, séduisant Bernard Tapie », rappelle aussi qu’à « la légende dorée se mêlèrent les ombres d’une chronique judiciaire: des procès perdus, de lourdes condamnations – des décisions qu’il aura contestées toute sa vie ».

« Bernard Tapie par ses défis, ses engagements, ses succès, ses débordements comme ses déboires aura été l’acteur et le révélateur d’une époque », a estimé l’ex-président François Hollande.

« Là où tu t’es échappé, ton honneur lavé par la justice, tu ressens cette explosion d’affection et d’amitié qui monte vers toi de tous les foyers français », a souligné pour sa part Jean-Louis Borloo.

« Aujourd’hui la ville de Marseille est orpheline. C’était quelqu’un de particulièrement attachant », a résumé Renaud Muselier, président LR de la région Paca.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s