La Centrafrique manque de moyens face à l’afflux de personnes handicapées

Franck Tamass a perdu l'usage de ses jambes des suites de la polio. Il fait aujourd'hui partie de l'équipe nationale de handibasket.
Franck Tamass a perdu l’usage de ses jambes des suites de la polio. Il fait aujourd’hui partie de l’équipe nationale de handibasket. © RFI/Carol Valade

En Centrafrique, depuis l’offensive rebelle de décembre dernier, les combats se poursuivent dans l’intérieur du pays avec leur lot de blessés de guerre. Chaque année, l’Organisation mondiale de la santé identifie environ 30 000 personnes handicapées, mais le pays manque de structures adaptées et seules 400 d’entre elles sont prises en charge.

À Bangui, la capitale, se trouve l’unique centre d’accueil, géré par l’Association nationale de rééducation et d’appareillage de Centrafrique (Anrac) et financée par la Croix-Rouge. C’est là que s’entraîne l’équipe nationale de handibasket.

RFI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s