L’ex-leader catalan Carles Puigdemont, en exil depuis 2017, arrêté en Italie

Le leader indépendantiste Carles Puigdemont lors d'une conférence de presse le 14 octobre 2019 à Bruxelles (Belgique).
Le leader indépendantiste Carles Puigdemont lors d’une conférence de presse le 14 octobre 2019 à Bruxelles (Belgique). Francois Lenoir, Reuters

Éxilé en Belgique depuis 2017, l’ancien chef du gouvernement catalan Carles Puigdemont a été interpellé, jeudi, par la police italienne en Sardaigne, ont confirmé son cabinet et son avocat. Son arrestation se base sur un mandat d’arrêt européen datant du 14 octobre 2019.

L’eurodéputé indépendantiste et ex-président catalan Carles Puigdemonten exil en Belgique depuis 2017 après la tentative de sécession de la Catalogne la même année, a été arrêté jeudi 23 septembre en Italie, a annoncé son avocat. Il est détenu en Sardaigne, a précisé son cabinet dans un communiqué.

Selon son cabinet, Carles Puigdemont est arrivé en Sardaigne depuis Bruxelles jeudi après-midi pour participer à festival folklorique catalan et rencontrer le chef régional et le médiateur régional de la Sardaigne. 

« Il (s’y) rendait en tant qu’eurodéputé », a précisé son avocat, Gonzalo Boye, sur Twitter, expliquant que son arrestation avait eu lieu sur la base d’un mandat d’arrêt européen datant du 14 octobre 2019.

« À son arrivée à l’aéroport d’Alghero, il a été arrêté par la police aux frontières italienne. Demain (vendredi), le président sera présenté aux juges de la Cour d’appel de Sassari, qui est compétente pour décider de sa libération ou de son extradition », a commenté Josep Lluis Alay, son chef de cabinet.

Une immunité parlementaire levée

Madrid souhaite obtenir l’extradition de Carles Puigdemont pour son rôle dans la tenue en 2017 d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne, déclaré illégal par la justice espagnole.

Éxilé en Belgique depuis 2017 afin d’échapper aux poursuites de la justice espagnole, il est poursuivi pour « sédition » et est accusé de « détournements de fonds publics ».

Le Parlement européen avait levé le 9 mars l’immunité parlementaire de Carles Puigdemont et de deux autres eurodéputés indépendantistes, mesure qui avait été confirmée le 30 juillet par le Tribunal de l’Union européenne. Carles Puigdemont n’a pas bénéficié de la grâce accordée fin juin aux neuf indépendantistes incarcérés en Espagne.

LE JV2 Avec AFP et REUTERS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s