Géopolitique : la zone indopacifique en question, de l’UE au pacte AUKUS

La ministre australienne des Affaires étrangères lors de la troisième conférence indo-pacifique à New Delhi, en Inde, ce vendredi 10 septembre 2021. Les ministres australiens des Affaires étrangères et de la Défense sont en visite en Indonésie, en Inde, en Corée du Sud et aux États-Unis, pour renforcer les relations économiques, de sécurité au sein de la région indopacifique où les tensions augmentent avec la Chine.
La ministre australienne des Affaires étrangères lors de la troisième conférence indo-pacifique à New Delhi, en Inde, ce vendredi 10 septembre 2021. Les ministres australiens des Affaires étrangères et de la Défense sont en visite en Indonésie, en Inde, en Corée du Sud et aux États-Unis, pour renforcer les relations économiques, de sécurité au sein de la région indopacifique où les tensions augmentent avec la Chine.
(AP Photo/Altaf Qadri)

Le pacte pour la zone indopacifique entre l’Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni a été signé le jour même où l’Union européenne dévoilait sa nouvelle stratégie pour cette région du monde. Qu’est-il en train de se jouer dans la zone indopacifique pour les grandes puissances occidentales ?

L’Indopacifique est dans toutes les bouches depuis l’annonce du pacte signé entre l’Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni (AUKUS). Un « pacte de sécurité pour l’Indopacifique » qui a confirmé l’annulation de l’achat par Canberra des 12 sous-marins français à 56 milliards d’euros.

Hasard du calendrier ou non, la signature de ce pacte AUKUS a été annoncée le jour même où l’Union européenne lançait par la voix de la Commission sa « stratégie pour l’Indopacifique ».

L’Indopacifique : une géographie (très) variable

Cette partie du monde comprend géographiquement les pays touchant les océans Indien et Pacifique. C’est une manière de la différencier du concept d’Asie-Pacifique. Mais l’Indopacifique n’est pour autant pas un territoire ou une zone établie qui recouvrerait une  réalité géographique commune, puisque chaque pays a délimité  un « Indopacifique particulier », en fonction de sa propre perception stratégique et politique.

L’Indopacifique français n’a pas les mêmes délimitations que d’autres nations. La France, par exemple, englobe dans sa conception de l’Indopacifique l’ensemble des zones frontalières à l’océan indien, c’est-à-dire jusqu’aux côtes est du continent africain, ce qui n’est pas le cas des États-Unis. De manière plus générale, l’indopacifique peut recouvrir une zone géographique comprenant tout ou partie des pays frontaliers avec l’Océan indien ou Pacifique.

Deux concepts, deux visions stratégiques

L’Indopacifique ne représente pas le même concept géopolitique, stratégique ou économique pour tous, notamment pour les Occidentaux. Du côté des Etats-Unis et de leurs alliés les plus fidèles que sont la Grande Bretagne et l’Australie, c’est le concept de « Free and Open Indo Pacific » (FOIP) — Indopacifique libre et ouvert — qui prime. Un concept qui est avant tout stratégique et vise à créer des alliances pour contrer la puissance chinoise, puisque le FOIP est fortement axé sur la liberté de navigation, particulièrement en mer de Chine. L’Australie avait d’ailleurs établi dans son livre blanc de la Défense en 2013 que « sa stratégie Indopacifique libre et ouverte de défense visait à contrer l’hégémonie chinoise. »

L’indopacifique vu par la France :

<em>Carte des enjeux stratégiques en Indopacifique <a href="https://twitter.com/Armees_Gouv/status/1133274970950443008?s=20" rel="nofollow" target="_blank">tweetée par le ministère de la Défense français</a> en 2019.</em>
Carte des enjeux stratégiques en Indopacifique tweetée par le ministère de la Défense français en 2019. (Crédit : Twitter/defense.gouv.fr)

Du côté européen, la vision partagée sur l’Indopacifique est celle d’un Indopacifique dit « inclusif ». Le principe est celui d’un ensemble de nations qui n’est pas constitué en alliance contre un État en particulier dans la zone indopacifique. Cette vision doit « permettre d’éviter la rivalité sino-américaine et permettre d’avoir des stratégies d’inclusions régionales au plus près des États de la zone, en soignant notamment leur relation avec les organisations régionales telles que l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est constituée de 10 pays : Birmanie, Cambodge, Laos, Vietnam, Philippines, Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Singapour et Brunei, ndlr), le Forum des Îles du Pacifique ou la Communauté du Pacifique », selon Mélyne Tarer de l’institut « Open Diplomacy » et spécialiste des enjeux stratégiques de l’espace indopacifique.

1500 milliards d’euros d’échanges par an avec l’UE

La Commission européenne sur la stratégie de l’UE pour la coopération dans la région indopacifique souligne dans son communiqué que les échanges commerciaux entre les deux zones sont sans commune mesure : « La région indopacifique et
l’Europe représentent plus de 70 % du commerce mondial de biens et de services, ainsi que plus de 60 % des flux d’investissements directs étrangers. Les échanges commerciaux entre la région indopacifique et l’Europe sont plus importants qu’entre n’importe quelles autres régions géographiques du monde [puisque] leur valeur annuelle a atteint 1 500 milliards d’euros en 2019. »

Zone Indopacifique : le moteur économique mondial

Le nouveau moteur de la croissance économique mondiale est la zone indopacifique depuis près de deux décennies. Cette zone compte six membres du G20 (20 pays les plus riches de la planète) : la Chine, la Corée du Sud, l’Inde, l’Indonésie, le Japon et l’Australie.

l’Indopacifique génère aujourd’hui près de 40 % de la richesse globale. l’Indopacifique pourrait représenter plus de 50 % du PIB mondial en 2040, et ses marchés, 40 % de la consommation globale, selon les prévisions du FMI.

La croissance économique de la zone indopacifique s’appuie en particulier sur le dynamisme des classes moyennes. Ces classes moyennes devraient représenter 3 milliards de personnes en Asie dans les prochaines années. Ces populations sont demandeuses de biens haut de gamme et de services de qualité, elles sont mobiles et connectées et de plus en plus citadines : 21 des 30 plus grandes villes de la planète se trouvent en Asie.

De leur côté, les Etats-Unis pèsent moitié moins que l’UE dans leurs échanges avec la zone indopacifique. Le pacte AUKUS — malgré sa forte orientation stratégique et militaire — pourrait néamoins aider à combler ce retard commercial de la première économie mondiale. L’Inde doit à terme être acceptée comme partenaire privilégié dans le pacte AUKUS, comme l’a expliqué récemment le Premier ministre australien.

Le « centre de gravité du monde » se déplace

Joseph Borell, le vice-président de la Commission européenne — ainsi que Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité — a fait la déclaration suivante ce 16 septembre 2021 : « Le centre de gravité du monde se déplace vers la région indopacifique, en termes tant géo-économiques que géopolitiques. L’avenir de l’UE et celui de la région indopacifique sont liés l’un à l’autre. » Les enjeux économiques autour de la zone indopacifique restent centraux pour l’UE, ce que Joseph Borell n’a pas manqué de rappeler : « L’UE est déjà le premier investisseur et le principal partenaire de coopération au développement dans la région indopacifique, ainsi que l’un des plus grands partenaires commerciaux de cette dernière. »

Mais le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a aussi repris à son compte les principes américains et australiens du FOIP — l’indopacifique libre et ouvert — tout en rappelant la vocation spécifiquement inclusive de l’UE dans la région : « Notre engagement vise à faire en sorte que la région indopacifique demeure libre et ouverte à tous, tout en nouant des partenariats forts et durables, afin de coopérer en matière de transition écologique, de gouvernance des océans, de transition numérique ou encore de sécurité et de défense. »

La zone indopacifique est décidément très  convoitée. Elle est le nouveau centre de gravité du monde. Un centre de gravité qui semble rebattre toutes les cartes occidentales : stratégiques, commerciales, miltaires et… politiques.

 

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s