Adnan Abou Walid al-Sahraoui, un des plus intraitables chefs jihadistes au Sahel

La ministre française des Armées Florence Parly (G) et le chef du service français des renseignements extérieurs, la DGSE, montrent la structure de commandement du groupe Etat islamique au Sahel, avec à sa tête Adnan Abou Walid al-Sahraoui, à Paris le 16 septembre 2021

La ministre française des Armées Florence Parly (G) et le chef du service français des renseignements extérieurs, la DGSE, montrent la structure de commandement du groupe Etat islamique au Sahel, avec à sa tête Adnan Abou Walid al-Sahraoui, à Paris le 16 septembre 2021afp.com – Ludovic MARIN

Depuis plus d’un an et demi, il était la cible « prioritaire » de la France et de ses alliés au Sahel. Adnan Abou Walid al-Sahraoui, dont Paris a annoncé la mort, était considéré comme le plus impitoyable chef jihadiste de la zone.

Des informations sur la mort du chef du groupe « Etat islamique dans le Grand Sahara » (EIGS), entre Ménaka, dans le nord-est du Mali, et l’autre côté de la frontière avec le Niger, son principal champ d’action, circulaient depuis le mois d’août.

C’est dans la nuit de mercredi à jeudi que Paris a annoncé qu’il avait été « neutralisé par les forces françaises », une opération menée à la mi-août, selon la ministre des Armées Florence Parly.

Cet homme d’une quarantaine d’années, à la barbe et au turban noirs selon les rares photos connues de lui, était né au Sahara occidental et fut membre du Front Polisario qui réclame l’indépendance de cette région.

Après avoir passé une partie de sa jeunesse en Algérie, où il aurait rejoint des groupes islamistes armés, selon plusieurs experts, il participe à la création en 2011 dans le nord du Mali du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).

Le Mujao se fait notamment par connaître avec l’enlèvement en octobre 2011 de deux coopérants espagnols et d’une Italienne dans un camp de réfugiés sahraouis près de Tindouf, dans le sud-ouest de l’Algérie.

A l’époque, Adnan Abou Walid al-Sahraoui lui-même revendique le versement d’une « rançon considérable » de 15 millions d’euros au Mujao, pour leur libération en juillet 2012.

Le Mujao fait partie de la coalition jihadiste liée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui prend en mars-avril 2012 le contrôle du nord du Mali. Il en est alors le porte-parole, basé à Gao, principale ville de la région, où il a laissé le souvenir d’un partisan inflexible de l’application de la charia, en particulier des châtiments corporels.

« Si à Gao plus qu’ailleurs on a coupé les mains des personnes accusées de vol, c’est à cause des instructions d’Abou Walid », affirme à l’AFP un élu de la ville, qui a requis l’anonymat.

– Tensions intercommunautaires –

Après le lancement en 2013 de l’opération française Serval qui chasse les jihadistes des villes et localités du nord du Mali, le Mujao défait fusionne avec le groupe de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, pour créer le groupe Al-Mourabitoune.

Mais en 2015, Adnan Abou Walid al-Sahraoui, réputé acquis à une vision plus transnationale et mondialisée du jihad que la plupart de ses homologues sahéliens, fait dissidence du groupe de Belmokhtar, toujours affilié à Al-Qaïda, pour prêter allégeance au groupe Etat islamique (EI).

En 2017, alors que les groupes se réclamant d’Aqmi fusionnent au sein du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Jnim, selon l’acronyme arabe) dirigé par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly, il frappe un grand coup en octobre avec l’embuscade de Tongo Tongo au Niger, dans laquelle périssent quatre soldats américains et quatre militaires nigériens.

Le groupe monte en puissance dans cette zone dite des « trois frontières », aux confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso. De nombreuses attaques meurtrières contre les communautés touareg sont imputées à l’EIGS, qui recrute largement parmi les Peuls et est accusé de s’impliquer délibérément dans les tensions interethniques.

Les spécialistes et les sources de sécurité prêtent à la fois à Adnan Abou Walid al-Sahraoui un exercice très personnalisé du commandement et une apparente indifférence aux morts de civils.

Une source de sécurité malienne le décrit ainsi comme le « maître absolu » de l’EIGS qui « n’hésitait pas à mener lui-même les attaques contre les troupes étrangères et nigériennes à la frontière avec le Mali ».

Entre fin 2019 et janvier 2020, une série d’attaques attribuées pour l’essentiel à son groupe contre des camps militaires nigériens, maliens et burkinabè dans la zone des « trois frontières », font des centaines de morts.

Cette escalade amène la France et les pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) à désigner en janvier 2020 l’EIGS comme leur « ennemi prioritaire », sur lequel se concentrent leurs efforts.

Malgré les pertes qu’il subit, le groupe persiste dans sa volonté d’imposer une vision intransigeante de la charia, accusant parfois ses rivaux de tiédeur dans son application.

Ainsi en mai, lors du marché hebdomadaire de Tin Hama, près d’Ansongo (nord), des membres de l’EIGS ont publiquement amputé d’une main et d’un pied trois « coupeurs de route » présumés.

LE JV2 AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s