Mercenaires russes : le Mali suivra-t-il l’exemple centrafricain ?

Mercenaire russe (au centre) à Bangui, Centrafrique, le 27/12/20 Crédits : Alexis Huguet – AFP

Les premières informations sur le sujet ont commencé à perler lundi du côté du de l’agence Reuters  et du Times anglais, où l’on évoquait des pourparlers sur le point d’aboutir entre la junte militaire au pouvoir à Bamako et l’officine de sécurité privée russe Wagner. 

Ce bras armé officieux du Kremlin à l’étranger « s’apprêterait donc à signer un contrat de plus de 9 millions d’euros par mois pour fournir un millier de mercenaires au Mali », chargés de former le personnel militaire malien et d’assurer la garde rapprochée des chefs de la junte. Les autorités maliennes, précise le site russetsenzor.net, se sont refusées à confirmer ces informations, même si elles confirment vouloir intensifier leurs relations avec la Russie, après l’annonce récente par la France du redimesionnement, de sa force Barkhane de lutte contre les terroristes du Sahel. 

Et justement la France, « l’ancienne puissance coloniale au Mali » comme prennent bien soin de la qualifier The Times et Tsenzor, elle a vu rouge quand ces discussions, apparemment très avancées, ont été rendues publiques. « Paris s’emploie à faire échouer la signature du contrat » entre Bamako et Wagner, affirme Jeune Afrique. Des émissaires français auraient été dépêchés à Moscou pour convaincre le Kremlin de renoncer à ce mouvement très stratégique ; Paris ferait aussi pression sur d’autres pays, à commencer par les Etats-Unis, pour qu’eux mêmes dissuadent les dirigeants maliens de céder aux propositions russes. 

D’ailleurs, pas plus tard que ce mardi, poursuit l’agence russe Interfax reprenant des infos de TV5, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian est sorti de son silence… pour menacer le Mali de retirer les troupes françaises, si le contrat était signé avec Wagner, car la présence des mercenaires russes serait selon lui « incompatible avec celle de la force internationale menée par la France au Mali ».

Il faut rappeler que les relations entre Paris et Bamako se sont considérablement tendues depuis le deuxième coup d’Etat militaire au Mali en mai dernier. A tel point, donc, que ces militaires au pouvoir au Mali seraient prêts à s’en remettre à la Russie, pour assurer leur sécurité et le maintien de leur régime, reproduisant, explique le site burkinabé Wakat Sera, un scénario qui n’est pas vraiment inédit en Afrique : un scénario à la centrafricaine, finalement, puisque ce pays, après des années de guerre et d’instabilité, a confié en 2018 la formation de son armée et de nombreuses missions de maintien de l’ordre à Wagner, lui confiant au final les clés de son appareil sécuritaire.

Au Mali les partisans d’une même alliance avec la Russie citent ce précédent centrafricain en exemple à suivre… comme cet intervenant de la chaîne panafricaine AfriqueMediaTv ( à partir de 2′ environ) : 

Le groupe Wagner… réussirait donc à terroriser les terroristes… ce que les soldats français n’ont pas réussi à faire ces dernières années, sous-entend AfriqueMediaTv, chaîne panafricaine et donc très critique contre la présence française au Sahel. 

Il faut lire la presse centrafricaine, le Journal de Banguipar exemple, pour comprendre quelles peuvent être les méthodes des mercenaires russes : par deux fois au moins en un mois, leurs attaques contre des villages d’éleveurs peuls se sont soldées, d’après des témoins, par des dizaines de morts parmi les civils, femmes et enfants compris.  « Il est temps que la cour pénale internationale jette un coup d’oeil sur les multiples exactions des mercenaires de Wagner en Centrafrique », écrit encore le Journal de Bangui qui dénonce aussi l’indifférence voire le laisser-faire des autorités centrafricaines.  

Et ça fait craindre le pire pour le Mali à Morin Yamongbe de Wakat Sera : « il est impossible de faire changer à un chien sa manière de s’asseoir », professe le journaliste bourkinabé. Certes il reconnaît que « le Mali est en droit de chercher la solution idoine aux attaques armées qui l’endeuillent au quotidien… mais faut-il pour autant jouer avec le feu en faisant entrer dans la maison des mercenaires qui n’ont aucune limite dans leurs actions ? » 

La junte au pouvoir ferait mireux de remettre ses officiers au travail pour défendre fièrement le pays sans le brader à des intérêts étranger, écrit encore un Morin Yamongbe de plus en plus inquiet, qui rappelle les putschistes à leur promesse d’organiser des élections libres en février prochain :  une perspective à laquelle ils sont de moins en moins nombreux à croire, dans la presse ouest-africaine. 

Un peu de légereté, cette fois à New York : les théâtres de Broadway ont rouvert leurs portes après 18 mois de fermeture pour cause de pandémie.

Soirée très symbolique dans le quartier de Times Square avec les troupes des plus grosses comédies musicales new-yorkaises qui remontaient sur scène. Le Roi Lion, Hamilton, Chicago… saluées par la chaîne locale du groupe ABC

France Culture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s